Diaspora

Oui à la nationalité pour tous, non à l’apatridie !

Depuis ce lundi, un atelier de formation de 5 jours sur l’apatridie et le droit à la nationalité s’est ouvert à Dakar à l’intention de participants venus de 17 pays africains francophones dont le Togo. Initiative du Bureau régional Afrique de l’Ouest (Barao) de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et du bureau régional du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), cet atelier vise à sensibiliser aux causes et conséquences de l’apatridie en Afrique.

Selon Emmanuelle Mitte, Administratrice principale régionale en charge de l’apatridie au Haut-commissariat des Nations-unies pour les réfugiés (UNHCR), ce séminaire permettra de sensibiliser les participants aux solutions juridiques et opérationnelles afin d’éradiquer le phénomène de l’apatridie.

« Dans le monde, plus de 10 millions de personnes ne disposent d’aucune nationalité, dont au moins 1 million en Afrique de l’Ouest’’, a-t-elle souligné. En effet, elle a expliqué que ces personnes sans nationalité font face à d’immenses défis pour obtenir la protection d’un Etat et faire valoir leurs droits les plus fondamentaux, dont, entre autres, le droit à l’éducation, au travail, ou à la dignité.

Mme Mitte rappelle que « l’apatridie pose de graves défis en matière de développement, de paix et de sécurité internationale ». Le directeur régional de l’AUF, Jemaïel Ben Brahim, s’est  pour sa part, félicité de l’importance du thème rappelant que ‘’le droit à la nationalité est un droit fondamental des droits humains’’.

Des praticiens actifs dans le domaine de la migration, du droit et/ ou de l’humanitaire, notamment les Représentants d’autorités gouvernementales et parlementaires, d’organisations internationales et de la société civile en Afrique prennent part à cette formation. Ils proviennent des pays suivants : Côte d’Ivoire, Togo, Burundi, Guinée, Bénin, Cameroun, le Burkina Faso,   République centrafricaine, Guinée Bissau, Niger, Mali, Congo, République démocratique du Congo, Djibouti et Sénégal.

Commentaire d'article

Umalis