Politique

Togo / Le Président du PNP dit « craindre pour sa vie », le ministre Bawara rassure…

Selon certains observateurs de la scène politique du Togo, les manifestations synchronisées organisées par le Parti National Panafricain (PNP) dans les villes du pays et de la diaspora ont « sorti de l’ombre » Tikpi Atchadam, le président de cette formation politique. Depuis la date fatidique de ce 19 août, ce dernier est introuvable. Il réagit par téléphone sur les médias nationaux et internationaux, mais personne ne sait où se trouve Tikpi Atchadam.

Intervenant ce mercredi sur BBC, le président du PNP a confié : « Quand je circule, je vois des véhicules banalisés, des rondes interminables autour de ma maison, ils sont connus à travers la pratique cinquantenaire ». En outre, il dénonce les menaces verbales et physiques à l’endroit de ses collaborateurs. « Les rafles continuent à Sokodé et à Lomé alors que les manifestants sont sortis nombreux les mains nues pour dire assez au régime cinquantenaire », a-t-il renchéri. D’ailleurs, le Secrétaire général du PNP, Dr Sama a été arrêté, jugé et condamné à une peine de prison alors qu’il est « innocent » selon Tikpi Atchadam.

Comme on pouvait s’y attendre, ces arguments sont battus en brèche par le ministre togolais du Travail, de la fonction publique et de la réforme administrative, Gilbert Bawara Ui a été reçu sur la même radio en tant que porte-parole du gouvernement et du parti au pouvoir. Selon lui, Tikpi Atchadam n’a aucune raison pour ne pas se sentir en sécurité dans son propre pays. « Si on voulait le prendre, il n’y aurait aucune difficulté parce que tout le monde sait où il est », a-t-il raillé. Selon ses propos, les services de sécurité ne sont pas à la recherche ou à la poursuite du président du PNP. Alors que, le secrétaire général du parti n’a pas été interpellé à son domicile mais plutôt sur les lieux d’une manifestation « illégale », le dimanche 20 août.

Commentaire d'article

Umalis