Société

Restriction des libertés humaines, « un danger pour le Togo » selon Pasteur Edoh Komi

Image d’archives utilisée à titre illustratif

A quelques heures de la tenue de la marche silencieuse et citoyenne du Mouvement des Forces Vives « Espérance pour le Togo », le Président de la Délégation spéciale de la ville de Lomé, le Contre-Amiral Fogan Adegnon, vient de l’interdire à travers une correspondance adressée à l’organisation. Le Responsable du MMLK y voit un énième coup de force…

Depuis plusieurs mois, aucune manifestation publique n’est acceptée sur l’étendue du territoire togolais par les autorités compétentes. La technique d’interdiction est souvent la même : une note pour rendre publique la décision à quelques heures de l’évènement. C’est fort de ce constat que le mouvement des Forces vives « Espérance pour le Togo » a organisé la marche citoyenne pour dénoncer la restriction de ce droit fondamental des peuples. Paradoxalement, cet évènement vient également d’être interdite.

« C’est un danger pour le pays si on ne peut pas nous permettre de nous réunir, de nous associer ou de manifester. La raison évoquée, comme quoi l’Espérance pour le Togo n’a pas de base juridique légale, est un prétexte pour nous empêcher de manifester. De toutes les façons, la manifestation est maintenue pour ce 1er juin », a réagi ce matin sur les ondes de la radio Victoire FM, Pasteur Edoh Komi du Mouvement Martin Luther King (MMLK-la voix des sans voix).

Pour l’heure, le Mouvement des Forces Vives « Espérance pour le Togo » ne s’est pas encore officiellement prononcé sur cette décision.

Réagissez  sur : http://www.africatopforum.fr

Commentaire d'article

Umalis