Santé Société

Togo / Le Conseil œcuménique des églises en quête des moyens de préserver la jeunesse du VIH Sida

Dans le cadre d’un « Atelier intergénérationnel sur les masculinités, les féminités et l’infection à VIH », des pasteurs, des inspecteurs et des conseillers de l’enseignement primaire, des enseignants en théologie sont en réflexion les 23 et 24 mai à Lomé afin de trouver des meilleures stratégies de prévention du VIH/SIDA chez les jeunes.

Au cours de ces deux jours, les travaux seront basés sur trois grandes œuvres inspirées du contexte congolais, notamment « La guérison par la foi seule, face à l’infection au VIH », un manuel à l’usage des responsables religieux, « Féminités et masculinités : Guide sur perceptions, significations et répercussions en milieu Congolais, RDC à l’ère du VIH et SIDA » et « Positive Masculinities and Feminities : handbook for adolescents and young people in faith communities in Nigeria ».

Ces documents, selon Pasteur Dr Godson Lawson-Kpavuvu, Président du Groupe international de référence EHAIA, « traitent de la question des paires, de la thématique de la santé sexuelle et de la reproduction, de la thématique de la voix des jeunes ; c’est-à-dire comment les jeunes appellent le sexe, comment ils le nomment, quels sont les langages, les argots qu’ils utilisent pour parler du sexe et de la sexualité ».

Pour sa part, la Présidente de l’Église Méthodiste du Togo la Révérende Martine Grâce NM. Zinsou-Lawson précise que la question de la santé est très préoccupante et n’est pas à négliger dans l’église. « L’église joue un rôle très prépondérant parce que c’est la santé qui est en jeu. L’homme étant composé du corps de l’esprit et de l’âme, nous nous occupons de la santé physique et de la santé de l’âme. (…) Dans nos églises, nous avons des structures de lutte contre le VIH et qui sont financées de l’intérieur. Dans nos églises, nous encadrons les personnes vivant avec le VIH, à travers l’accompagnement pastoral, pour qu’elles ne puissent pas être stigmatisées, pour qu’elles puissent, malgré la maladie, vivre en suivant les traitements », a-t-elle indiqué. Rappelons que cet atelier est l’initiative du Conseil œcuménique des églises (EHAIA).

Réagissez  sur : http://www.africatopforum.fr

Commentaire d'article

Umalis