Diaspora Société

Crise au Togo/ Répression des manifestants togolais à Paris : Voici le récit des faits

Le samedi 15 décembre 2018, des togolais vivant en France se sont rassemblés devant l’ambassade du Togo en France pour manifester  contre la tenue des élections le 20 décembre prochain.  La manifestation a été violemment réprimée par la police française et on dénombre plusieurs blessés graves. Que s’est –il réellement passé ? Togotopinfos a recoupé plusieurs témoignages.

Les manifestants s’étaient regroupés aux alentours de l’ambassade du Togo dans le 17ème arrondissement à Paris,  sur instigation de « Coditogo »une association de la société civile togolaise, pour s’opposer aux conditions d’organisation des élections législatives prévues pour le 20 décembre prochain.

Alors que les togolais étaient postés sur la voie publique arborant des banderoles et scandant des chants patriotiques, des  forces de l’ordre français, en grand nombre, se sont violemment invités à la célébration.  Les policiers postés devant l’ambassade, se sont, rués sur les manifestants avec une rare violence, faisant usage de matraques et de gaz lacrymogènes  pour repousser le groupe de manifestants. La répression aurait  duré environ une demi heure.

L’un des manifestants, âgé de 60 ans a été violenté par les corps habillés, il sera  « sauvé » de justesse par ses compatriotes.

La scène, qui a été également filmée par des manifestants, a révolté les ressortissants togolais. Des questions ne cessent de fuser  sur la répression de ces manifestations  alors que la marche était autorisée. On dénonce également la brutalité des forces de l’ordre de la France face à une manifestation « pacifique ».

Dans l’autre camp, on affirme que les manifestants  avaient été surpris en train de tenter de mettre le feu  au voisinage. Ils auraient été surpris avec des objets dangereux comme de l’essence, des bouteilles vides et d’autres objets utiles  pour causer un incendie.

Les organisateurs de la manifestation, de leur côté,  dénoncent une machination. Selon eux, des individus se seraient sans doute  infiltrés dans le groupe  pour déstabiliser la manifestation. On enregistre une dizaine de blessés gaves à l’issue de cet incident.

Cette manifestation pacifique vient en soutien aux appels de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition et des différents  leaders religieux ainsi que de certaines organisations de la société civile qui dénoncent une organisation unilatérale des législatives.

Réagissez  sur : http://www.africatopforum.fr

Commentaire d'article

Umalis