Diplomatie

Conseil des droits de l’homme des Nations Unies : Le Togo réélu pour trois ans!

Pour la deuxième fois consécutive, le Togo va occuper un siège au Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies. L’information est tombée à l’issue de l’élection qui a eu lieu le vendredi 12 octobre 2018 dans le cadre des travaux de la 73ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

« L’Assemblée générale a élu, ce matin (vendredi 12 octobre 2018, Ndlr), à bulletin secret, 18 membres du Conseil des droits de l’homme, qui siégeront aux côtés de leurs 29 pairs, pour une durée de trois ans à compter du 1er janvier 2019… Entrent aujourd’hui au Conseil des droits de l’homme pour un mandat de trois ans commençant le 1er janvier 2019, le Burkina Faso avec 183 voix ; le Cameroun, 176 ; l’Érythrée, 160 ; la Somalie, 170 ; et le Togo, pour un deuxième mandat, avec 181 voix », rapporte le communiqué rendu public par les Nations Unies.

Ces cinq (5) pays sont les représentants de l’Afrique sur les 18 membres qui composent le conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies. Les autres membres du conseil sont repartis comme suit : 5 membres à l’Asie-Pacifique (Bahreïn, Bangladesh, Fidji, Inde, Philippines), 2  à l’Europe de l’Est (Bulgarie, République tchèque), 3 à l’Amérique latine-Caraïbes (Argentine, Bahamas, Uruguay), et 3 à l’Europe de l’Ouest et autres États (Autriche, Danemark, Italie).

« Les candidats, qui doivent obtenir la majorité absolue des voix, soit 97, sont élus sur  la base de leur contribution à la promotion et à la protection des droits de l’homme »,  précise le document.

Rappelons que tous les autres pays africains  élus au cotés du Togo notamment le  Burkina Faso, le Cameroun, l’Érythrée et la Somalie  sont à leur premier mandat au sein de l’organe onusien.

En 2015, le Togo avait fait sa première expérience en obtenant la confiance de 189 autres Etats.

Toutefois, l’entrée de certains  pays dans le conseil est vivement contestée par des organisations de défense des droits de l’homme par lesquels Human Rights Watch. « En favorisant des pays violant les droits de l’homme et en ne présentant qu’un nombre de candidats équivalent au nombre de sièges à pourvoir, les groupes régionaux risquent de saper la crédibilité et l’efficacité du Conseil » , a prévenu l’organisation.

En juin dernier, les Etats-Unis se sont retirés du Conseil des droits de l’homme de l’ONU en accusant l’institution d’ »hypocrisie » , notamment à l’égard d’Israël. « Pendant trop longtemps, le Conseil des droits de l’homme a protégé les auteurs de violations des droits de l’homme et a été un cloaque de partis pris politiques », avaient –ils dénoncé.

Réagissez  sur : http://www.africatopforum.fr

Commentaire d'article

Umalis