Politique

Togo-HCRRUN: 2 milliards de FCFA ont servi à indemniser 2510 victimes de Lomé à Dapaong

Commencée le 12 décembre 2017, la première étape de mise en oeuvre de la première phase du volet indemnisation du programme de réparation du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) s’est achevée le 17 septembre dernier. Une conférence-bilan a donc été organisée par cette institution ce mercredi 26 septembre à Lomé.

De cette conférence-bilan, on retiendra que le gouvernement à mis la somme de 2 milliards de Fcfa à la disposition du HCRRUN pour cette première étape des indemnisations. Et alors qu’elle s’était fixée comme objectif d’atteindre 2475 victimes, c’est finalement 2510 victimes qui ont été atteintes, soit un taux de réalisation de 100,41%. La somme totale consacrée aux indemnisations s’élèvent à 1 654 800 000 Fcfa. Quant à la somme dépensée par l’institution pour son fonctionnement au cours de cette première phase, elle s’élève à 345 200 000 Fcfa.

Les victimes atteintes proviennent des antennes régionales de Dapaong (132), Kara (255), Sokodé (266), Atakpamé (901), Kpalimé (317), Tsévié (144), Aného (155) et Lomé (340). Ces personnes ont eu droit à des réparations financières à caractère symbolique et ont bénéficié d’une prise en charge médicale et psychologique.

En ce qui concerne le taux de satisfaction, les statistiques du HCRRUN montrent qu’il se situe au plan national à 96,87%, avec une fourchette de quantum symbolique qui va de 420 000 Fcfa (minumum) à 2 100 000 Fcfa (maximum).

Après avoir rappelé le bien-fondé de la mise en œuvre de ce programme de réparation et d’indemnisation, Awa Nana-Daboya, présidente du HCRRUN, s’est réjoui du bon déroulement du processus. « Au cours de cette première phase, nous avons été confronté à des actes antipatriotiques qui risquaient de semer le doute dans l’esprit des victimes et compromettre le processus. Mais finalement, tout s’est bien passé. Et au-delà de ces légers aspects regrettables, ce sont surtout les faits réconfortants qui ont jalonné ce processus qui doivent retenir notre attention », a-t-elle indiqué.

Et d’ajouter que « tous les acteurs impliqués directement dans le processus peuvent témoigner que les opération d’indemnisation leur ont permis de découvrir davantage le principal trait caractéristique du Togolais à travers les victimes, à savoir qu’il sait donner et recevoir le pardon au nom du vivre ensemble ».

Réagissez  sur : http://www.africatopforum.fr

Commentaire d'article

Umalis