Société

Togo/ Grève de la faim : La police rejoint Nicodème Habia à l’ambassade du Ghana

En grève de faim depuis 6 jours devant l’ambassade des États Unis  pour demander la libération des détenus politiques, le  président du parti Les Démocrates, Nicodème Habia a reçu la visite de la gendarmerie ce lundi. Après une vive discussion entre les principaux concernés, Nicodème Habia a décidé de continuer sa grève.

A travers cette manifestation hors du commun, l’acteur politique souhaite ainsi attirer l’attention des autorités togolaises et les amener à libérer les membres du mouvement Nubueke, le président du Réseau des jeunes africains pour la démocratie et le développement (REJAAD) et le porte-parole du mouvement « En aucun cas ».

Pour le soutenir dans sa lutte, certains togolais ont fait le déplacement devant l’ambassade sur invitations de quelques membres de la société civile notamment, ceux reunis au sein du Front Citoyen Togo Debout (FCTD).

« En soutien à tous les prisonniers politiques au Togo et surtout à nos frères de la société civile, le FCTD vous convie à déposer une bougie à l’ambassade du Ghana demain à 8h. La campagne  « une bougie pour la liberté » vise à ramener la lumière sur la situation de toutes ces personnes détenues arbitrairement dans notre pays. Luttons sans défaillance », ont appelé les responsables du FCTD ce dimanche.

Alors que les togolais qui ont fait le déplacement étaient assis au cotés du gréviste de la faim, les forces de l’ordre ont pris d’assaut les lieux en intimant l’ordre au président  du parti  » Les Démocrates » ainsi qu’à tous ceux qui, venus lui apporter leur soutien, de vider les lieux.

Résistance. De vives altercations adviennent. D’abord avec les togolais qui ont fait le déplacement, puis avec Nicodème Habia. « Que faites vous ici ? » , a demandé l’un des policiers au groupe de personnes devant lui, avant d’intimer sans attendre de réponse « Rentrez chez vous ».

Se tournant vers Nicodème Habia , l’agent demande . « Pourquoi faites-vous ça ?(…) Avez-vous une autorisation? »  Et à l’interlocuteur de répondre : « j’ai décidé volontairement de me priver de nourriture pour la libération de mes frères, je n’ai pas besoin d’autorisation »…Les tons montent… Quelques personnes interviennent, difficile de calmer les deux hommes.

Finalement sur intervention de certains membres  du personnel de l’ambassade, les gendarmes rebroussent chemin. Aux dernières nouvelles, Nicodème Habia serait toujours devant l’ambassade et poursuit donc sa grève illimitée jusqu’à la  libération des détenus politiques.

Samedi dernier, l’homme politique  a reçu la visite des médecins qui ont constaté qu’il dépérit et perd le poids. Toutefois, l’homme tient le coup, rassure t-on.

Réagissez  sur : http://www.africatopforum.fr

Commentaire d'article

Umalis