Santé Société

Affaire des intrants périmés au CHU-SO /Le réseau en voie d’être démantelé; le Dr Alovor interdit de toute activité!

Le Dr Guy Alovor, chirurgien, orthopédiste traumatologue, Praticien Hospitalier au Centre Hospitalier de Péronne en France, au cœur d’une  affaire de revente d’intrants périmés à des patients togolais, est désormais interdit d’exercer toute activité de soins et pédagogiques au Centre hospitalier universitaire Sylvanus Olympio . La décision a été prise dans  une note signée par le directeur général du CHU, le médecin –colonel Adom Kpao. Une autre note de la direction rappelle aux Chefs de services que « toutes les activités de soins, de travaux, d’équipements et de prestation de services de divers ordres provenant de l’extérieur doivent être subordonnées à l’autorisation préalable ».

L’affaire a été portée au  grand jour par le Journal « L’alternative » qui y a consacré un dossier-enquête dans ses colonnes. Des implants périmés sont  utilisés au service de la traumatologie Orthopédique du Centre hospitalier universitaire Sylvanus Olympio (CHU-SO) sur des patients mettant ainsi leur santé en danger. Au centre du réseau, Dr Guy Alovor.

Le docteur Guy ALOVOR est né en 1970 au Togo. Après son baccalauréat C à Lomé, il a fait ses études de premier et second cycles à la Faculté de Médecine de l’Université de Lille II Droit et Santé. Après son concours d’internat, il fut classé et nommé en Chirurgie dans l’Académie d’Amiens où il s’est spécialisé en Chirurgie de l’Appareil Locomoteur en suivant parallèlement un cursus de Médecine Légale et Expertises Médicales.

Ce dernier, selon les investigations menées par le journal, convoie des lots d’implants au Togo et les introduit illégalement au service de la Traumatologie orthopédique en complicité avec certains de ses collègues du CHU, pour traiter des patients moyennant  des sommes exorbitantes.

« Comme ils sont tous dans le réseau, lors des opérations, le patient n’a pas plus besoin d’aller payer à la caisse, il introduit simplement leurs différents produits et le patient paie directement.(…) cela échappe à tout contrôle et ce sont les patients qui sont les premières victimes », explique un praticien.

En attendant de  mettre à terme à ces « malsaines » pratiques , le chirurgien  Dr Guy Alovor,  exerçant en France est interdit de toute activité au CHU SO.

On apprend que des mesures prochaines seront prises contre les autres complices. Une réunion entre le ministre de la santé prof Moustafa Mijiyawa avec les personnes impliquées dans l’affaire, la commission médicale consultative ainsi que le personnel de la direction du CHU  a eu lieu récemment à cet effet selon une source proche du dossier.

Réagissez  sur : http://www.africatopforum.fr

Commentaire d'article

Umalis