Media

Sommet CEDEAO / La petite bourde de la garde présidentielle qui a choqué la presse internationale!

En marge du sommet CEEAC-CEDEAO, le premier de la série des trois sommets organisés par le Togo en deux jours, un petit évènement s’est produit. S’il est passé inaperçu sur le territoire national, il marquera à jamais les journalistes de la presse internationale qui ont fait le déplacement sur Lomé pour couvrir les rencontres de haut niveau…Que s’est il exactement passé ?

Les faits sont rapportés par le journaliste togolais Samuel Gnanhoui. Alors que la rencontre était presqu’à son terme en fin de soirée, la presse se préparait à son rituel d’interviews des autorités. Naturellement les journalistes présents sur les lieux se sont rués vers les chefs d’Etat qui ont participé à la rencontre dont le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé en sa qualité de président de l’exercice de la CEDEAO.

Mais contre toute attente, les journalistes ont été repoussés par certains gardes du président togolais. « Non, le président ne va pas s’exprimer », se sont-ils écriés pensant que le chef de l’Etat s’est contenté de rassurer : « Je vous reviens ».

Imbue de cette ténacité qu’on connait aux journalistes occidentaux, une journaliste est revenue quelques minutes plus tard, lancer des questions à l’endroit du président togolais galvanisée par la promesse du président de « revenir sur le sujet » alors que les journalistes togolais eux s’étaient déjà un peu mis à l’écart, habitués à la taciturnité de leur président.

Mais la journaliste fut de nouveau repoussée. « N’est-il pas président comme les autres ? » a-t-elle questionné face à d’autres chefs d’États qui  se soumettaient à l’exercice de  questions-réponse.

« Oui, mais il faut demander d’abord », ont répondu les gardes du président. La réponse aurait laissé la journaliste éberluée…

Réagissez  sur : http://www.africatopforum.fr

 

Commentaire d'article

Umalis