Diplomatie

Le prochain sommet de la CEDEAO à Lomé apportera des réponses à deux questions cruciales

La capitale togolaise accueille le mois prochain un sommet ordinaire de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Au-delà du fait de clarifier le doute qui plane sur l’identité du successeur de Faure Gnassingbé à la tête de cette institution, les attentes sont grandes par rapport à ce rendez-vous diplomatique au cours duquel sera présenté le « remède magique » à la crise sociopolitique que traine le Togo depuis août 2017.

A l’ordre du jour du Sommet ordinaire de la CEDEAO qui se tiendra le 31 juillet 2018 à Lomé, deux points essentiels suscitent l’intérêt général : le choix du prochain président en exercice de l’institution et la feuille de route pour la résolution pacifique de la crise politique au Togo. Elu il y a un an, le président togolais Faure Gnassingbé sera-t-il reconduit à la fin de son mandat ? Source de polémiques, cette interrogation taraude les esprits depuis quelques semaines. Cependant, un communiqué de la Présidence de la République togolaise a tôt fait de mettre fin aux supputations en apportant un démenti formel aux rumeurs.

Concernant l’autre enjeu principal du sommet de la CEDEAO, le journal Jeune Afrique rapportait la semaine dernière que les chefs d’Etat et de gouvernement de l’institution « proposeront une feuille de route de sortie de crise, assortie de propositions de dates pour les élections législatives et locales ». Ce document de la Commission de la CEDEAO porte en lui tous les espoirs. Pour leur part, deux Organisations de la Société Civile togolaise souhaitent vivement que les aspirations profondes du peuple soient prises en compte pour une résolution pacifique de cette crise qui stagne le pays depuis bientôt 1 an.

Réagissez  sur : http://www.africatopforum.fr

Commentaire d'article

Umalis