Education

Éducation au Togo / Bientôt une solution pour pallier au sur-effectif dans les écoles publiques ?

Au Togo, le nombre pléthorique d’élèves dans les établissements publics est un fait avéré et, n’est plus à démontrer. Malgré les écoles privées laïques et confessionnelles qui poussent tels des champignons, le problème demeure. Des fondateurs d’écoles privées ont fait des propositions.

Parfois entassés jusqu’à 4 dans un banc, les élèves du public étudient dans des conditions peu enviables : chaleur suffocante provoquant quelques fois des évanouissements, inconfort, difficultés des enseignants à circuler dans les salles de cours, difficultés liées à l’organisation des évaluations etc. Autant de contraintes auxquelles sont confrontés les responsables des établissements publics.

En dépit du fait que de nouveaux établissements sont périodiquement construits par l’Etat, le taux de natalité très élevée et la soif d’éducation des enfants n’est pas proportionnelle à cette disposition. Par ailleurs, le niveau de vie moyen au Togo ne permet pas à tous les parents d’inscrire leurs enfants dans des établissements privés qui, contrairement au public, offrent de meilleures conditions d’études.

Par conséquent, l’Union des fondateurs d’écoles privées laïques (UFEPLA) propose à l’Etat une solution temporaire en vue de désengorger les écoles publiques qui peinent à maîtriser le flux des élèves. Une convention visant à donner le quitus à des établissements privés de recevoir un certain nombre d’élèves du public à prix forfaitaires est en cours d’étude. « Nous pourrions fixer pour l’occasion les frais de scolarité proportionnellement aux capacités des parents d’élèves du public afin de donner des chances aux élèves en excès dans le public », a indiqué Kokou Bédji Tchanlévo, le responsable de l’UFEPLA.

Réagissez  sur : http://www.africatopforum.fr

Commentaire d'article

Umalis