Education

Togo-Education : Bientôt 8 mois de service sans salaire, les nouveaux enseignants fonctionnaires crient leur ras-le-bol !

Les nouveaux enseignants fonctionnaires d’État du premier et deuxième cycle du secondaire n’en peuvent plus des conditions dans lesquelles ils travaillent et crient leur ras-le-bol ! Affectés à leur poste depuis le 2 Octobre 2017 suite à leur admission au concours de recrutement d’enseignants fonctionnaires régionaux (CREFR), session du 27 janvier 2017, ces hommes et femmes travaillent depuis bientôt 8 mois, sans salaire.

Alors que des arrêtés de nomination devraient leur être délivrés trois mois après leur prise de fonction, ces enseignants n’ont toujours pas accès à ce précieux document qui leur permettra de remplir leurs dossiers de prise en compte salariale. C’est donc sans aucune rémunération et dans des conditions extrêmement dures qu’ils font leur travail depuis des mois.

Une situation de plus en plus difficile à supporter

« Je fais déjà bientôt huit mois de service sans salaire. Dans mon quartier, je ne sais plus comment vivre dignement. Chaque matin, j’évite de croiser le propriétaire de la maison dans laquelle j’ai loué car je ne sais plus quelle promesse lui faire par rapport aux arriérés de payement du loyer », témoigne un de ces enseignants dont la situation résume à peu près la galère dans laquelle se trouve ces nouveaux fonctionnaires. Affecté dans un établissement du centre du Togo, ce jeune homme, qui s’est confié à la rédaction de Togo Top Infos, estime que, dans des conditions comme la sienne, il est de plus en difficile de travailler avec l’entrain d’il y a quelques mois. « Difficile d’expliquer comment je fais pour manger. Nos autorités ne nous demandent même pas de constituer un seul dossier pour le virement de nos salaires. J’ai perdu toute la motivation que j’avais en début d’année. C’est vraiment dur. Je crois que l’autorité nous a complètement oublié et nous croupissons dans la misère à nos différents postes d’affectation », se lamente-t-il

« A cause de cette situation, je dors parfois à jeun », confie une enseignante du deuxième cycle du secondaire affectée dans une localité du sud du pays. « L’établissement dans lequel je suis est à 3 km de l’endroit où j’habite. Faute de moyen de déplacement, je suis obligé d’y aller à la marche. Au retour cela m’épuise. Je me suis endetté auprès d’une dame, une paysanne dans l’achat du gari, c’est cela qui me sauve un peu. Nous croupissons dans la galère dans nos zones d’affectation sans rien, ni personne pour nous aider », poursuit cette jeune dame, visiblement affectée par la situation.

Le gouvernement appelé à la rescousse

Fatigués et ne sachant plus à quel saint se vouer, ces enseignants en appelle au gouvernement togolais. Ils souhaitent que les autorités, tout en accélérant le traitement des arrêtés de nominations, leur accordent des avances sur solde (comme on le fait souvent pour les diplômés de l’école normale), afin de soulager brièvement leurs peines et leur redonner un peu de force pour assurer le reste des activités pédagogiques jusqu’à la fin de l’année scolaire. « Nous ne pouvons que nous tourner vers ceux qui nous ont recruté. Nous les appelons à venir à notre secours en ce moment où les choses sont si dures pour nous. S’il y a un geste que l’Etat peut nous faire en attendant que nos salaires soient prêts, ce geste est le bienvenu. Parce que sincèrement, nous n’en pouvons plus. J’imagine dans quelle situation seront nos collègues affectés dans les zones les plus reculées du pays », se plaint un autre enseignant dans le cas. Il demande à l’Etat de les situer sur leur situation ou sur l’état d’avancement de leurs dossiers.

Le ministère en charge des Enseignements primaire et secondaire est donc interpellés.

 

One Comment

  1. L’article sur les enseignants crefr 2017 vraiment nous n’en pouvons plus,de cette vie misérable que l’autorité est d’ailleurs complice.8mois sans nomination ni salaire vraiment difficile chers rédacteurs. Merci d’avoir accepté relayer notre cri de coeur

    Reply

Commentaire d'article

Umalis