Société

La LTDH dénonce un acharnement contre les professeurs Ihou et Dosseh

Professeur David Dosseh

Les professeurs Ihou Wateba, vice-doyen de la faculté des sciences de l’Université de Lomé et David Dosseh sont sujets à des enquêtes depuis mercredi par les Services de Renseignements et d’investigation (SRI). Le premier est actuellement détenu à la gendarmerie nationale pour des « prétendues allégations de fraudes lors des examens 2016-2017 » et le deuxième est convoqué de nouveau ce vendredi après celle d’hier. Cette situation n’est rien d’autre qu’un acharnement contre ces deux médecins selon la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH). Elle exige leur libération et demande aux togolais de se tenir prêts pour dire non à l’arbitraire.

Le mardi, 06 mars 2018, le Professeur IHOU WATEBA, Premier vice-Doyen de la Faculté des Sciences de la Santé (FSS) de l’Université de Lomé (UL), a été convoqué par le Service de Renseignements et d’Investigations (SRI) de la Gendarmerie Nationale. Après son audition par les responsables dudit service sur de prétendues allégations de fraudes lors de l’examen 2016-2017 au sein de ladite faculté, il a été gardé-à-vue dans des conditions difficiles de visites, d’assistance de son Avocat et de détention. Il y séjourne toujours selon les informations recueillies auprès de son Conseil.

Dans la matinée du jeudi, 08 mars 2018, le Commandant KABYA de ladite unité invita, par téléphone, le Professeur David DOSSEY, Coordinateur des Université Sociales du Togo (UST) et Premier Porte-Parole du Front Citoyen « TOGO DEBOUT », de se présenter au SRI, et ce, accompagné de son fils. Il s’y rendit et un autre rendez-vous lui a été donné pour l’après-midi à 15 heures. Advenu ce dernier rendez-vous, le Commandant lui demanda, avec insistance, de revenir le lendemain, c’est-à-dire le vendredi 09 mars 2018 au matin avec son fils pour nécessité d’enquêtes.

Un nouveau feuilleton judiciaire aux allures d’un acharnement vient de commencer et cette fois-ci, les Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH) et les citoyens togolais doivent rester mobilisés pour éviter que le Gouvernement togolais, coutumier d’une justice de deux poids deux mesures, se serve de l’institution judiciaire, supposée être le dernier rempart contre l’arbitraire, pour en faire son bras armé, afin de décapiter les têtes de pont des mouvements de contestation.

Fait à Lomé, le 08 mars 2018

Le Président de la LTDH,

Me Célestin G. Kokouvi AGBOGAN

Commentaire d'article

Umalis