Education

Grèves répétitives dans l’enseignement, les parents d’élèves crient leur ras-le-bol

Utilisé à titre illustratif

Les 21, 22 et 23 février, les enseignants ont encore observé une cessation des cours à l’appel de la Coordination des Syndicats de l’Éducation du Togo (CSET). Et cela révolte les parents d’élèves de voir presque tous les jours leurs enfants trainer à la maison.

« Nous sommes tous des fonctionnaires. Dans l’administration togolaise, les indemnités et primes des enseignants sont à une hauteur élevée par rapport aux autres fonctionnaires. Il est temps qu’ils fassent aussi le minimum d’effort pour donner ce qu’il faut aux enfants en attendant que les autres revendications soient satisfaites avec le temps », s’indignent les parents d’élèves.

Pour ces pères et mères de famille, ce sont les enfants qui paient le lourd tribut. « Même si les cours reprenaient, les enfants auront un retard considérable dans leur formation », ont-ils lancé.

Il faut rappeler que ces enseignants réclament leur statut particulier, les primes et indemnités. Du côté du gouvernement, le groupe de travail mis en place pour gérer la crise vient de publier un communiqué dans lequel il renvoie au 1er mars le travail à lui confier.

 

Commentaire d'article

Umalis