Politique

Crise au Togo : Les propositions du NET pour mettre fin à toutes les divergences

Le président du Nouvel Engagement Togolais était en conférence  de presse ce 22 février à Lomé. Avec à l’ordre du jour la situation sociopolitique du pays, le parti a fait des propositions pour une sortie de crise définitive du pays.

Selon  Gerry Taama, la constitution de 1992 au cœur des contestations ces derniers mois, comporte  certaines lacunes  notamment : la superposition d’un régime parlementaire sur un régime de type présidentiel, les pouvoirs du président de la république, élu au suffrage universel, étant presque identiques à ceux du premier ministre nommée par la majorité présidentielle.

Pour le NET , il y a nécessité de faire évoluer les textes. A cet effet,  Gerry Taama propose une nouvelle constitution qui «  repose sur un mécanisme solide et non centrée sur des personnes ».

Le jeune parti politique estime que tout changement est caractérisé par le changement de régime politique et propose par conséquent un régime de type présidentiel où en cas de vacances de pouvoir, le vice-président termine le mandat présidentiel, ce qui évite l’organisation des élections en 60 jours comme dans la constitution actuelle.

La logique de Gerry Taama suppose que, dans ce cas précis, le président de la République est le seul responsable de son gouvernement et surtout le pays disposerait d’une assemblée forte qui vote véritablement des lois à exécuter par le pouvoir et non un gouvernement  qui utilise le pouvoir à sa guise.

Afin d’éviter la violation de la constitution à tout moment, le NET introduit une disposition qui sacralise la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux puisqu’elle fait partie des dispositions qui, au même titre que la laïcité et la forme républicaine de l’Etat.

Le NET précise par ailleurs que ces propositions sont faites dans un seul but : élaborer une constitution équilibrée, impersonnelle, adaptée à nos réalités et d’une portée générale.

« Nos propositions que nous avons présentées aujourd’hui à la presse et que nous avons envoyées à la coalition des 14, au gouvernement et au médiateur visent les intérêts du peuple togolais contrairement à celle de 1992 et celle modifiée en 2002 », a expliqué Gerry Taama.

 

Commentaire d'article

Umalis