Education

Appel patriotique du MMLK: de la nécessité de sauver l’éducation au Togo

SOS École togolaise en danger! c’est le cri de cœur du Mouvement Martin Luther King (MMLK) du pasteur Edoh Komi à l’endroit du gouvernement et des enseignants. Le MMLK se dit inquiet de la situation qui prévaut dans le secteur de l’éducation au Togo depuis des années et appelle les deux parties à sauver l’éducation des milliers d’élèves répartis sur le territoire national. Lire!

L’ÉCOLE TOGOLAISE VUE PAR LE MMLK

SOS ÉCOLE TOGOLAISE EN DANGER !
SOS ÉCOLE TOGOLAISE EN DANGER !
SOS ÉCOLE TOGOLAISE EN DANGER !

Le Mouvement Martin Luther KING s’inquiète de la situation conflictuelle sempiternelle entre le gouvernement et les enseignants des écoles primaire et secondaire et lance un appel patriotique aux deux parties à s’accorder résolument pour le règlement de cette crise scolaire dont les conséquences nuisent déjà à l’avenir de notre pays.

En effet, il n’est de secret pour personne que l’école togolaise notamment les 1er, 2e et 3eme est sérieusement paralysée et traverse des zones de turbulences dues aux revendications relatives aux conditions de travail et de vie des enseignants. Il y a plus de cinq ans, les deux parties protagonistes sont à couteau tiré en se renvoyant réciproquement les torts suscitant des répercussions graves et tragiques sur le niveau de nos futures élites. Pour preuve, les résultats à des différents examens en fonction des cours dilués, même si l’on donne l’impression qu’ils ont été acceptables, c’est vouloir prétendre cacher le soleil avec les mains, ce qui est impossible. Il serait donc recommandé au pouvoir public malgré des efforts déjà consentis , d’afficher davantage de bonne foi et de bonne volonté pour régler à maxima ce différend avec la masse des enseignants.

Malheureusement, il est à redouter que la complication et la complexité manifeste de la crise avec des répétitifs mouvements d’humeurs et de cessation des activités avec corollaire la sortie massive des élèves dans les rues dont l’année en cours bat déjà le record avec des rares actes de violences et d’agressivité pour réclamer leurs enseignants, compromettent dangereusement le caractère de la relève de demain qui doit être assurée par l’État. Car, comment peut-on prétendre déclarer admis des élèves à des examens et juger valables leurs diplômes alors qu’ils n’ont pas suivi régulièrement le programme de l’année. Alors que les examens sont proches, l’année en cours a connu près qu’autant de semaines de grèves que de cours, soit 9/18, ce qui ne représente pas d’indices favorables auprès de la faîtière mondiale de l’éducation qu’est l’UNESCO.

Conscient que le gouvernement entend prendre la juste mesure pour éviter une situation qui risque de frôler incessamment le pire, le MMLK lui rappelle qu’il reste et demeure comptable devant toutes les conséquences préjudiciables qui en découleraient.

Le MMLK invite humblement le monde des enseignants publics à savoir couper le poils en deux pour toutes fins utiles. Aux parents des élèves, un des acteurs partenaires de l’éducation, le MMLK demande une mobilisation particulière pour réclamer le respect du contrat social qui les lie au gouvernement et aux enseignants.

Vivement, que les 2.413.394 élèves retrouvent la sérénité et l’espoir dans le secteur des enseignements primaires et secondaires durant le reste de l’année scolaire 2018.

Lomé, le 23 février 2018

MOUVEMENT MARTIN LUTHER KING – LA VOIX DES SANS VOIX .

Commentaire d'article

Umalis