Société

Le MMLK dénonce l’exploitation des travailleurs togolais à CHINA ROAD AND BRIDGE CORPORATION

Le Mouvement Martin Luther King  dénonce « l’exploitation et l’asservissement »  des travailleurs togolais dans une entreprise chinoise de la place. Il s’agit de CHINA ROAD AND BRIDGE CORPORATION. Selon le président du MMLK, Edoh Komi les travailleurs togolais et les chinois ne sont pas traités au même pied d’égalité au sein de l’entreprise. Les autorités togolaises sont invitées à  régler la situation.

Selon le MMLK, les compatriotes engagés sur les chantiers attribués à l’entreprise chinoise subissent des sévices corporels. Ceux affectés ou recrutés de Lomé à Noepé ou de Kara à Noepé sont privés de logement, de transport, alors que les Chinois déplacés « dans le même ordre jouissent des avantages énormes tels que logement, transport et alimentation au vu et au su de tout le monde », dénonce le mouvement.

« Le MMLK a plutôt l’impression que le calvaire se renforce davantage pour les compatriotes et le bout du tunnel n’est pas de si proche si nous continuons de laisser le boulevard aux oppresseurs qui humilient au quotidien les Togolais devant le regard impuissant des garants des lois sociales », s’indigne Edoh Komi .

Par conséquent, le  MMLK « en appelle à une rupture de contrat entre la CHINA ROAD AND BRIDGE CORPORATION et le Cabinet de Gestion des Ressources Humaine-GRH-CONSULT à Lomé et la NOVASPACE à Kara, deux cabinets complices de la CHINA ROAD AND BRIDGE CORPORATION », à en croire le MMLK.

Commentaire d'article

Umalis