Politique

L’ASVITTO insiste sur la participation de l’armée au dialogue, mais en tant qu’observateur

Alors que certains récusent cette idée de la présence de l’Armée au dialogue qui s’ouvre ce 15 février, d’autres par contre insistent sur sa participation. A l’Association des Victimes de Torture au Togo (ASVITTO), l’on soutient qu’elle prenne part aux discussions, du moins en tant que qu’observateur.

Pour le président de l’ASVITTO, Kao Atcholi, « il est important que le haut commandement militaire soit présent à ce dialogue ». Néanmoins, nuance-t-il, son rôle consistera à suivre seulement « les débats en tant qu’observateur ». « C’est le moment ou jamais, d’orienter notre armée vers la défense de l’intérêt général et c’est en assistant aux discussions que les réformes qui seront engagées ne trouveront pas d’obstacle dans la mise en œuvre », souligne l’ASVITTO.

A ce sujet, le président du NET Gerry Taama, ancien militaire avait répondu par le négatif, car avance-t-il, l’armée est apolitique. « Laisser l’armée en dehors de nos affaires », avait-il lancé.

Commentaire d'article

Umalis