Politique

Crise au Togo,dialogue,tensions au sein de l’opposition…/Brigitte Adjamagbo « déballe » tout dans une interview

La coordonnatrice de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition s’est confié à Jeune Afrique à travers une interview. Au cours de cette séance de questions –réponses, Brigitte Adjamagbo-Johnson, a évoqué différents sujets qui créent la polémique au sein de la classe politique togolaise.

Y a t-il vraiment des dissensions au sein de la coalition des 14 ? La secrétaire générale de la Convention Démocratique des Peuples Africains  a été invitée à répondre à cette brulante question.

 « Ceux qui répandent ces rumeurs savent pourquoi ils le font, et leurs affirmations n’engagent qu’eux. Ce que je peux dire, c’est qu’aujourd’hui la coalition est un bloc solidaire, qui se solidifie à mesure qu’elle fait face à des difficultés. Nous resserrons les rangs. À 14, il nous arrive d’avoir des discussions très chaudes, et même houleuses, mais nous avons le sens des responsabilités », répond Brigitte Adjamagbo.

« Ceux qui pensent que la coalition a des difficultés et qui commencent déjà à chanter son requiem vont rapidement déchanter » a – telle ajouté.

La dame de fer de la scène politique togolaise est également revenue sur la nature du prochain dialogue, une question  qui tiraille depuis quelques temps la classe politique. Pour Brigitte Agbamagbo, elle et les siens, n’ont aucun problème avec l’inclusion « mais nous disons qu’il y a deux camps : ceux qui sont les porte-voix de l’immense majorité des Togolais, qui veulent une rupture avec le passé ; et en face, ceux qui voudraient que l’ordre ancien se perpétue et qu’on trouve quelques petites bricoles pour donner l’illusion de régler les problèmes », explique t-elle.

Par ailleurs, Brigitte Adjamagbo Johnson n’a pas manqué de réitérer sa désapprobation par rapport à l’organisation d’un referendum. « J’affirme haut et fort qu’un référendum organisé sans qu’il y ait eu au préalable des discussions permettant de trouver des solutions au cadre électoral ne feraient qu’accentuer l’enlisement du pays dans la crise ».

Commentaire d'article

Umalis