Société

Classement des 100 africains de 2017 : Les Togolais fortement représentés

Le Magazine panafricain NewAfrican a publié son classement annuel de l’année 2017. Dans son numéro du mois de février, le magazine a dressé comme chaque année,  la liste des 100 « personnalités qui ont transformé la vie du continent ». 10 togolais  y figurent cette année.

Le classement des 100 africains de l’année est à sa 4e édition cette année. En 2017, voici les noms des togolais qui ont retenu l’attention du magazine. Nous vous proposons la liste de  ces personnalités telle que présentée par le magazine.

Tikpi Atchadam

Ce trublion de 50 ans aura mené entre panique et insomnie le régime de Faure Gnassingbé depuis plusieurs mois. Presque inconnu de la classe politique il y a un an, Tikpi Atchadam est devenu, depuis la marche de protestation du 19 août 2017, le symbole de l’émergence d’une nouvelle classe politique au Togo. Président du Parti national panafricain (PNP), ce juriste formé en Allemagne a su compter sur la détermination des Tem, ethnie du centre du pays et majoritairement musulmane. Jouissant d’une grande popularité au sein de la diaspora, disposant d’un discret réseau de soutiens parmi des diplomates occidentaux et les investisseurs africains, il joue sur l’usure du pouvoir de Lomé. Il remet enfin en selle les réformes constitutionnelles et institutionnelles. Tout au long de l’année 2018, à l’occasion du dialogue prévu et des consultations sous régionales sur la crise togolaise, il sera la pierre angulaire d’une opposition déjà essoufflée avant son arrivée sur le ring.

Brigite Adjamagbo Johnson

À 60 ans, Brigite Adjamagbo Johnson incarne au Togo l’espoir de tout un peuple. À la tête du plus grand regroupement de l’opposition togolaise (CAP 2015) depuis octobre 2014, elle a su s’imposer comme la femme politique la plus influente dans un contexte actuel de crise politique et de contestation populaire. Secrétaire générale de la CDPA (parti d’opposition d’obédience socialiste), cette brillante universitaire sortie de la Sorbonne, que sa crédibilité impose naturellement, sera au cœur des négociations et autres dialogues pour la sortie de crise. Consultée régulièrement par les présidents de la Guinée et du Ghana, impliqués tous deux dans la crise togolaise comme médiateurs, elle est perçue par les chancelleries occidentales à Lomé comme l’issue la plus réaliste de la crise ; « mettre la pression sans refuser la main tendue » est son slogan.

Ekoué David Dosseh

Professeur agrégé de chirurgie viscérale depuis dix ans, Ekoué David Dosseh, 50 ans, a tourné le dos aux sirènes de conditions de travail avantageuses à l’étranger, pour se consacrer aux soins de populations démunies dans son pays. Cet enseignant du supérieur s’y est surtout distingué par son engagement au sein de différentes organisations syndicales ou mouvements citoyens œuvrant pacifiquement pour une société plus juste ; tant sur le plan politique que social. C’est le cas du mouvement Togo Debout dont il est l’un des leaders. Discret mais efficace, ce chevalier des Palmes académiques françaises s’est révélé au grand public togolais à la tête du Syndicat des praticiens hospitaliers du Togo. Homme de parole, défenseur infatigable de causes considérées comme perdues, le professeur Dosseh est l’un des fondateurs des Universités sociales lancées en 2016 pour raviver la flamme des organisations de la société civile au Togo.

Komi Wolou

Komi Wolou, actuel doyen de la Faculté de Droit de l’université de Lomé, la cinquantaine, est spécialiste du droit du travail ; il est également l’actuel leader du parti d’opposition Pacte socialiste pour le renouveau. Juriste, adepte de « la carotte et du bâton » dans l’utilisation du savoir académique au service des progrès sociaux, il incarne la persévérance dans la quête de l’excellence dans le monde universitaire. Le juridisme chevillé au corps aussi bien dans les débats locaux de gouvernance qu’à caractère social, Komi Wolou est habituellement effacé, en dépit de ses charges universitaires et politiques. Il est aussi, dans l’ombre, un acteur majeur dans la progressive professionnalisation des universités privées au Togo, dans lesquelles il délivre différents types de cours de droit.

Chrétien pratiquant, il vante constamment le sens de l’honneur et de l’équité, milite et travaille avec opiniâtreté et méthode pour une modernisation et démocratisation de la gouvernance universitaire et politique.

Charles Gafan

À la tête de Bolloré Togo depuis une décennie, ce financier s’est imposé par sa connaissance de la maison où, pendant trente ans, il a gravi avec la patience qui le caractérise tous les échelons. Son plus grand défi, la construction du troisième quai au Port de Lomé, aura nécessité 300 milliards de F.CFA d’investissement et 18 mois de travaux.

Diplomate et prudent, Charles Gafan doit l’extension rapide des activités du groupe, à la pertinence de son plan de redressement et à ses multiples contacts dans toutes les couches de la société. Vice-président de l’Aget, il aura réussi l’un de ses plus vieux rêves, multiplier par trois les capacités du port de Lomé, en une décennie. Son prochain défi, « aider des jeunes compétents à occuper des postes stratégiques », une manière de préparer sa succession ?

Jean-Baptiste Placca

Célèbre chroniqueur sur Radio France Internationale connu pour sa verve à l’encontre des derniers bastions du monolithisme politique en Afrique en général, Jean-Baptiste Placca est aussi l’un des journalistes les plus suivis hebdomadairement au Togo et en Afrique subsaharienne. Une position d’influenceur que cette plume audacieuse assume sans fard, avec l’habituelle modestie et réserve qui le singularisent. Togolais de la diaspora, son métier de journaliste l’a conduit à rouler sa bosse dans diverses grandes rédactions francophones et l’amène à suivre de très près l’actualité de sa terre natale. Un savoir-faire, des expériences que le fondateur du magazine L’Autre Afrique souhaite transmettre à une nouvelle génération de journalistes. Grand passionné de l’Afrique, il n’a de cesse d’éclairer les avancées politiques et économiques de ce continent à l’aulne des mutations rapides qui rythment la vie des autres pays du Sud de la planète.

 

Commentaire d'article

Umalis