Politique

Législatives et locales au Togo : Jean Kissi donne un conseil précieux à ses compères

photo alome.com

Prévenir vaut mieux que guérir, dit-on. Selon l’agenda du pouvoir en place, l’organisation des élections législatives et locales sera effective dans le courant de cette année 2018. En dépit du fait que les pièces du puzzle ne soient pas encore mises en place pour la tenue du dialogue politique, la coalition de l’opposition gagnerait à se préparer aux éventualités.

Invité ce vendredi sur la radio privée Victoire Fm, Jean Kissi, Secrétaire national du CAR (parti membre de la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise), pense que « le moment est arrivé de s’organiser ensemble pour réaliser l’alternance dans ce pays ». Face à l’imminence des prochaines échéances électorales, cet homme politique qui est aussi député à l’Assemblée Nationale propose que l’opposition participe aux locales et législatives qui constituent des démarches stratégiques pour aboutir à l’alternance. Dans le passé, les expériences unitaires du CST et de la Coalition Arc-En-Ciel n’ont pas pu aboutir à unifier l’opposition dans sa course pour les élections. La Coalition des 14, fera-t-elle la différence ?

Par ailleurs, Jean Kissi a fustigé le décret pris hier en Conseil des ministres à propos du nombre de conseillers municipaux et leurs adjoints. « Comment le Grand Lomé et la région maritime à eux seuls qui comptent plus de la moitié des Togolais vont avoir un nombre restreint de maires alors que le reste du pays va s’approprier le plus grand nombre de maires ? », s’est-il interrogé tout en se demandant sur quels critères les responsables se sont basés.

Commentaire d'article

Umalis