Société

Togo/ Chants et danses folkloriques : Signes forts d’un soutien incontestable?

La question s’invite dans les débats. Depuis peu, les militants  du parti au pouvoir créent la polémique au sein de la classe politique togolaise. Des « concerts »  dédiés à la jeunesse, les rencontres entre militants et sympathisants d’Unir ont viré en « marche de soutien » avant de « spécialiser »  en rencontres « traditionnelles » animées par des chants et des danses traditionnelles. Toutes ces pérégrinations riment à une seule chose : le soutien infaillible à Faure Gnassingbé.

Depuis peu, les militants Unir ont renoncé au « footing » caractériel des marches pour se livrer à des activités plus détendues. Concerts, spectacles, prestations diverses. Ces derniers mois, les meetings Unir s’autorisent de petites escapades « culturelles » -pour ainsi dire-. Différents artistes se succédaient ainsi  au cours des différentes rencontres  pour égayer les jeunes Unir.

Ces derniers mois, les observateurs ont craint des affrontements pro Unir –pro opposition lorsque des dates de manifestations de deux camps ont « coïncidé » à deux reprises.

Finalement les adeptes Unir, ont trouvé, un moyen d’éviter « les embouteillages  de rue ». Meetings, communications, chants et danses sont au menu des rencontres.

La mise en scène devient récurrente qu’elle semble devenir le nouveau moyen de soutien au chef de l’Etat togolais. A l’annonce des 14 partis politiques de l’opposition d’organiser de nouvelles manifestations ces 31 janvier, 1 et 2 février, les femmes et jeunes d’Unir ont également manifesté leur intention de sortir au grand jour. On les attendait sans doute là il ne fallait pas. Les chants ont encore retenti, les danses  ont valsé sur le terrain de Forever, ce 31 janvier pendant que les partisans de l’opposition battaient le pavé dans différents quartiers de Lomé…

Commentaire d'article

Umalis