Société

CEDEAO / Sécurité sociale : Un ultimatum de la CIPRES pour faire bouger les lignes

Investi de la mission d’harmoniser les politiques de sécurité sociale dans les pays de la CEDEAO, la conférence interafricaine de prévoyance sociale (CIPRES) fixe une échéance aux 15 Etats membres pour régulariser leurs textes et présenter des dispositifs uniformes.

Maladies, accident ou décès, les travailleurs togolais et de la sous-région passent chacune de leurs journées la peur au ventre. Les risques sont réels, jusqu’à quand devra-t-on se fier à la chance ou à la providence ? Les pays de a CEDEAO ont jusqu’au 15 février pour afficher clairement leurs positions.

Depuis hier à Lomé, des experts conseillers des organes de prévoyance ainsi que ceux chargés de la réparation juridique des dommages corporels et des  évaluations des séquelles travaillent à la mise à jour des textes et l’harmonisation des dispositions communes relatives à la prise en charge des travailleurs. Notons que la CIPRES défend le principe du maintien des droits acquis ou en cours d’acquisition de leurs ressortissants en matière de sécurité sociale, nonobstant les déplacements des personnes protégées sur les territoires des États membres.

Commentaire d'article

Umalis