Politique

Selon « Nouvelle Vision », une sortie de crise au Togo passerait par un assemblage des compétences politiques

Dans la recherche de solution à la situation politique tendue du Togo depuis plus de cinq mois, le Dr Kodjovi Aubin Thon du mouvement « Nouvelle Vision » estime que l’alternance ne demeure pas la seule solution. A Nouvelle Vision, on pense que pour un dénouement heureux de la crise, il faut mettre ensemble les compétences politiques de manière à réécrire la véritable histoire du pays. Lire l’intégralité de la tribune

Peuple togolais, plusieurs se posent la question suivante : « ça finira quand? ». Nous nous posons plutôt celle de savoir où on va et ce qu’on a même commencé. Au fait depuis plusieurs mois, certains comme nous se nommant mandataires d’un même peuple sommes engagés dans une lutte pour le développement de notre chère patrie.

Certes, il est temps de réécrire l’histoire de notre pays. Mais ce qui différencie certains comme nous des autres acteurs politiques est que nous n’inscrivons pas au chapitre premier de notre livre « l’alternance » mais plutôt à son dernier.

Il est évident qu’aujourd’hui ce langage n’est pas celui qui marche, n’est pas celui qui crée la popularité et ni celui que veut entendre ce peuple affamé, essoufflé et perdu. Mais aussi longtemps que l’élève reconnaitra que la réussite est à la fin des examens et qu’il n’est que le résultat de l’effort fourni depuis la rentrée des classes, nous continuerons à penser et à croire que l’alternance n’est pas une précondition mais un résultat d’un effort conjugué.

Nous croyons que parmi vous qui nous lisez, il y a beaucoup aussi qui pensent comme nous que nous devons redéfinir notre finalité et revoir nos stratégies. Aujourd’hui, non seulement nos leaders ont pris le peuple en otage mais le peuple a aussi pris les leaders en otage. Ce qui serait pire dans tout ceci c’est le fait d’intensifier nos élans sans se rendre compte que nous sommes perdus dans le néant. Celui qui est perdu et s’en est rendu compte, même s’il n’a pas encore retrouvé son chemin est mille fois en avance sur celui qui est perdu et évolue sans se rendre compte.

Respectés devanciers Mr. Jean Pierre Fabre, Mme Brigitte Adjamagbo, Mr. Tikpi Atchadam et les autres leaders de la coalition des 14. Nous n’allons pas rester de côté et attendre de vous voir échouer avant d’agir car nous reconnaissons tous ou du moins osons tous croire que nous faisons la même lutte pour le même peuple et que vos efforts sont salutaires même si sur certains points nos stratégies diffèrent.

Pour cela, à travers ce message, nous nous mettons disponibles une fois encore à collaborer avec vous dans une synergie ayant pour centre l’intérêt de ce peuple pour qui nous nous réclamons tous mandataires. Certainement que nous aurons beaucoup à apprendre de vous mais nous vous prions de ne pas ignorer le peu que nous pourrions aussi apporter.

Excellence Mr. Faure Essozinam Gnassingbé ; avec tous les respects possibles, acceptez que nous vous disons que même si vous êtes « simple », vos collaborateurs et vos institutions que vous gouvernez vous rendent compliqué. Nous n’oserons jamais croire que votre intention au jour d’aujourd’hui serait de tout faire pour conserver à jamais le pouvoir au Togo. Mais peut-être celle de tout mettre en œuvre pour conserver la mémoire des empruntes du labeur du Feu Étienne Eyadema Gnassingbé et de restaurer la dignité et le respect de son âme et de toute sa famille aux yeux de tous les togolais et aux yeux du monde avec une assurance de laisser le pays sur les bons rails avant de vous en aller bientôt. Oui c’est possible mais pas dans une république où la loi ne privilégie que les plus riches et les plus fidèles à vos partis, par un pays où des responsables des institutions n’ont pas la culture de la redevabilité au peuple qui les a élus ou choisis, et pas dans une société où le minimum vitale demeure un privilège à la majorité du peuple à côté « d’une minorité qui pille ».

Certes, vous ne pouvez pas le faire seul. D’ailleurs, vous êtes président de la république et non le médecin au CHU. Vous êtes président et non l’enseignant de classe, vous êtes président et non la commerçante au marché. Vous avez besoin des gens dignes pour réécrire les formules de nos institutions et débuter une nouvelle histoire de notre pays.

Nous continuons à croire que dans ce même peuple, il y a toujours des togolais qui accepterons de répondre à votre appel et votre ouverture politique pour le redressement de nos institutions même s’ils seront insultés, étiquetés ou diffamés car ils seront confiants que le fruit de leur travail rassurera ce même peuple qui les aurait condamnés à priori.

Leaders politiques de tout bord, ramenons la balle à terre, construisons d’abord le Togo pour lequel nous voulons nous battre. Ça ne nous servira à rien de continuer à détruire l’image de notre pays à l’étranger car nous devons tous savoir que la communauté internationale en laquelle bon nombre d’entre nous croient, n’est rien d’autre qu’une institution à but lucratif.

Nous devons donc accepter de reprendre la lutte autrement même s’il est claire que le peuple nourrit d’esprits de vengeance et de soulèvement peut être en déphasage avec nos ajustements au début. Mais nous vous rassurons que c’est ce même peuple qui applaudira à la fin si les résultats de nos efforts conjugués créent les conditions pour un Togo émergé. Dans le cas échéant, c’est ce même peuple qui nous applaudit aujourd’hui qui se dressera contre nous demain si nos actions ne portent aucun fruit à la fin même si aujourd’hui nous faisons son désir.

Nous sommes appelés à éclairer la nation et à la faire suivre les bonnes directions et non le contraire. Nous avons donc besoin de émergence d’une nouvelle vision, celle qui nous mettra ensemble, celle qui nous rendra moins égoïstes, celle qui fera de nous des ambassadeurs de l’intérêt du peuple et celle qui reconnaitra la peur de Dieu dans tous nos actes afin que le Togo retrouve son élan pour sa mission dans le monde.

Notre peuple attend beaucoup de nous et la solution n’est pas dans notre thèse ni dans notre antithèse ;  mais dans la synthèse conduisant ainsi à la création des meilleurs conditions pour un peuple soulagé et émergé.

Que le Créateur nous illumine, nous oriente et augmente notre sagesse afin que sa volonté soit faite.

Kodjovi Aubin Thon, PhD

Président du Mouvement « Nouvelle Vision »

Commentaire d'article

Umalis