Politique

Togo / Coalition des Forces démocratiques : Rivalités intestines, incompréhensions, hypocrisie entre les leaders ?

Image alome.com

Selon les indiscrétions, au sein du bloc apparemment bien soudé de la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise, le feu couve sous les cendres. Il serait rapporté que lors de la rencontre de la délégation des 14 avec le président guinéen Alpha Condé, des révélations auraient été faites et les difficultés jamais inavouées seraient mises à nu.

Pour rappel, cette délégation conduite par Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson et composée de Jean-Pierre Fabre (ANC), Me Yawovi Agboyibo (CAR), Dodji Apévon (FDR), Tikpi Atchadam (PNP) et Aimé GOGUE (ADDI) était le 15 janvier dernier à Conakry. Officiellement, les voies de sortie de crise au Togo et l’organisation du dialogue politique étaient à l’origine de ce déplacement.

Cependant, une source proche du dossier a révélé qu’en parallèle de ces discussions « sérieuses », des problèmes internes auraient également été discutés. En effet, le Chef de file de l’opposition Jean-Pierre Fabre se serait plaint de Tikpi Atchadam, président du Parti National Panafricain (PNP) pour la simple raison que ce dernier lui vole la vedette depuis son arrivée sur le podium politique togolais. Cette allégation aux allures d’une guerre de leadership – un peu enfantine – serait d’ailleurs à l’origine des préalables exigés par la Coalition avant l’ouverture du dialogue politique.

Ne cachant pas son amertume face à la libération du secrétaire général de ce parti ainsi que les imams de Sokodé et de Bafilo, le président de l’ANC exige également la libération des siens (dossier des incendies des marchés de Lomé et de Kara) et la levée de la mesure de contrôle judiciaire à laquelle il est astreint. Pour sa part, Tikpi Atchadam aurait allégué que son action et sa contestation du 19 août ont « sauvé et réveillé une opposition moribonde et en voie de disparition » (sic).

Notons toutefois qu’avec la mise en place de la coalition des 14 partis de l’opposition et leur cheminement depuis quelques mois, la plupart des togolais ont retrouvé l’assurance de la victoire d’une lutte commune de l’opposition togolaise. Longtemps, cette opposition constituée en tout et pour tout d’une centaine de partis politiques n’a réussi jusqu’alors à parler d’une seule voie. Cet exploit (coalition des forces démocratiques) est unique et nourrit l’espoir d’un peuple ayant soif de la liberté.

Commentaire d'article

Umalis