Education

Échauffourées à l’UL: la LTDE appelle à trois jours de campus mort et exige la libération des étudiants arrêtés

Alors qu’elle a été convoquée pour faire l’état des lieux des nouvelles dispositions prises par les autorités universitaires, l’assemblée générale du Mouvement pour l’Épanouissement de l’Étudiant Togolais (MEET) a plutôt  tourné au vinaigre. Dans un communiqué, la Ligue Togolaise des Droits des Élèves et Étudiants (LTDE) a fait un retour sur les évènement. Par ailleurs, la LTDE appelle à des jours « Campus mort » et exige la libération des étudiants arrêtés. Lire!

Il est 11H dépassée de quelques minutes, l’AG de ce mardi a démarré quand subitement, les agents de la prétendue police universitaire lourdement armée par le Prof. KOKOROKO, sans raison ont commencé par s’attaquer aux étudiants, matraques et pierres en main.Quelques minutes après, le campus était devenu invivable.

Ne pouvant pas opposés une ferme résistance à l’animosité de ces agents, les étudiants se sont repliés vers les entrées ATIKOUMÉ ET LOMEGAN avant de se disperser dans la nature aux alentours de 14H.
Aucun mot ne peut décrire correctement les affres dont ont été victimes les étudiants ce mardi.

Le bilan de la journée est lourd : deux étudiants ont été arrêtés et conduits à une destination inconnue par les vigiles accompagnés des policiers.

La tête du secrétaire administratif de la Ligue Togolaise des Droits des Élèves et Étudiants (LTDE), Daniel AGBESSIME a été gravement caillasse par un gros caillou lancé en sa direction par les agents de la police universitaire. Le mégaphone qu’il tenait en main a été complètement détruit, l’un des portables qu’il tenait en main a été volé. Les casques de plusieurs étudiants ont été voles par les prétendus agents de la police universitaire, le Président National de la LTDE, Foly SATCHIVI a fait l’objet d’une tentative d’arrestation au niveau des rails d’ATIKOUME par la police nationale aux environs de 13H.

A la lumière de ce qui précède, il est clair qu’il s’agit d’un plan minutieusement préparé et exécuté par le Président de l’université en complicité avec le Ministre de l’enseignement supérieur.

La Ligue Togolaise des Droits des Élèves et Étudiants (LTDE) dénonce et condamne vigoureusement la barbarie et la cruauté, l’animosité et la sauvagerie dont ont fait montre les agents de la police universitaire qui, agissaient comme des drogués.

Aussi, la LTDE interpelle les organisations de défense des droits de l’homme, les ambassades et représentations diplomatiques à voler aux secours des étudiants, à faire cesser la violation des franchises universitaires par la police nationale, l’usage excessif et disproportionnée de la force et des armes non conventionnelles contre les étudiants qui ne demandent qu’à étudier dans de bonnes conditions et d’user de leurs pouvoirs discrétionnaires pour faire cesser définitivement les violences, menaces de morts et d’exclusion, les intimidations et les tentatives d’arrestation dont font l’objet les membres de la LTDE que les autorités considèrent comme les ennemis à abattre.

Par ailleurs, la Ligue Togolaise des Droits des Élèves et Étudiants (LTDE) appelle tous les étudiants à des journées CAMPUS MORT ce mercredi, jeudi, vendredi 24, 25 et 26 janvier 2018 pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle des camarades arbitrairement arrêtés, la dissolution du corps de la police universitaire, le respect des libertés académiques et franchises universitaires et enfin la satisfaction des légitimes et inoffensives revendications posés par la LTDE et le MEET.

ENSEMBLE, TOUT DEVIENT POSSIBLE

Fait à Lomé, le 23 janvier 2018

Le Secrétaire à la communication,
Michel KAKANANYO

Commentaire d'article

Umalis