coopération

Vote du Togo en faveur de Jerusalem/Lourde conséquence pour le pays : Plusieurs financements annulés!

Le vote du  Togo en faveur d’Israël lors de l’Assemblée générale des Nations unies le 21 décembre dernier à Washington lui coûte cher. A l’issue de cet acte, plusieurs bailleurs de fonds du monde arabe auraient décidé de suspendre leur financement au Togo en représailles à ce vote. C’est ce que révèle le quotidien « Liberté » dans sa parution n°2596 de ce vendredi 19 janvier.

Dans un article titré « La BID notifie aux autorités togolaises l’arrêt des financements des projets prévus pour 2018 », le journal évoque la « sanction » de plusieurs institutions arabes à l’endroit du pays. Selon Liberté, le « sevrage » des financements  ne s’arrête pas à la BID. « Plusieurs autres bailleurs arabes menacent », poursuit le journal.

Cette information est confirmée par le journal « L’Alternative » qui précise d’ailleurs que   « la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA), le Fonds koweitien, le Fonds saoudien emboiteront le pas à la BID ».  Le journal révèle également qu’une mission du gouvernement togolais à Djeddah  se rendra en Arabie Saoudite pour persuader les institutions arabes de revenir sur leur décision.

Notons que le portefeuille de la Banque Islamique de Développement au Togo s’élève à environ 400 millions de dollars. Les financements de l’institution bancaire  ont permis de lancer des projets dans le secteur de l’eau, de l’assainissement, de l’agriculture, de l’énergie, des infrastructures ou encore de l’ingénierie au Togo.

Pour rappel, Le Togo était le seul pays Africain à avoir voté contre la résolution de  l’Assemblée générale des Nations unies adoptant une résolution sur le statut de Jérusalem. Cette résolution condamnant clairement  la reconnaissance de la ville comme capitale d’Israël par le président américain Donald Trump.

Commentaire d'article

Umalis