Politique

Togo/ Koumealo Anaté, à propos de la marche des femmes : « Le Togo n’est pas mort,pourquoi du noir? »

L’ancienne ministre de la communication, Kouméalo Anaté, s’est invitée au débat sur la crise sociopolitique du Togo. Appelée à commenter l’actualité togolaise sur la radio victoire FM  ce lundi 22 janvier, Dame KOUMEALO s’est prononcée sur la marche des femmes organisée par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition samedi dernier.

De ses propos, on retient que  l’actuelle directrice de l’Institut des sciences de l’information, de la communication et des arts (ISICA) à l’Université de Lomé, n’a pas apprécié la manifestation féminine. Pour l’ancienne ministre, ce n’est pas de ce type de marche dont le Togo a besoin. Koumealo confie qu’elle  aurait voulu voir des femmes sortir en blanc pour réclamer la paix, des femmes sortir en couleur arc-en-ciel ou en vert pour donner l’espérance mais pas en noir.

L’enseignante-chercheuse avoue ne pas comprendre pourquoi les femmes doivent s’habiller de noir. « Le Togo n’est pas mort que je sache », s’est-elle étonnée.

Selon elle, Mme Brigitte Adjamagbo, la secrétaire générale de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) doit, en tant que femme et responsable, prendre ses responsabilités pour ne pas amener «les enfants à l’abattoir ».

Sur la question qui a amené les femmes à descendre dans les rues, précisément le retour à la constitution de 1992, Mme Anaté soutient que, le colloque qui a eu lieu il y a quelques mois à l’université de Lomé, a révélé la non pertinence de cette exigence. « On ne peut pas retourner à un texte qui n’a jamais fait l’unanimité et qui cristallise les tensions politiques aujourd’hui. Ensuite, le Togo ne peut pas vivre dans le passé », a-t-elle précisé tout en proposant que la solution convenable serait d’aller à une autre constitution.

 

Commentaire d'article

Umalis