Jeunesse et emploi

Togo / Les jeux de chaises dans l’administration, une technique pour « assassiner » la jeunesse ?

Selon l’opposition, il n’existe aucune concordance entre les paroles et les actes du pouvoir en place. Alors que le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé clame sur tous les toits que la jeunesse est au cœur de ses actions, les institutions de la République sont verrouillées et les mêmes personnes sont nommées à des postes dans un système de rotation. Comment peut-on l’expliquer ?

« La jeunesse togolaise dont le dynamisme et l’engagement doivent être soutenus et accompagnés sera au cœur des interventions de l’Etat. (…) Dans les mois qui viennent j’aurai avec eux une rencontre pour débattre des projets que je compte mettre en œuvre. Ils englobent, entre autres, la récompense du mérite scolaire, le renforcement de l’autonomie ou encore l’appui à l’entrepreneuriat. J’envisage par exemple que l’attribution des marchés publics réserve un quota allant jusqu’à 20% aux jeunes entrepreneurs et aux femmes, qui bénéficieront par ailleurs de procédures allégées », déclarait Faure Gnassingbé lors de son message de vœux à la nation le 3 janvier dernier.

Quelques jours plus tard, M. Affoh Atcha-Dédji est nommé Directeur Général de TogoCom (holding d’Etat des communications électroniques de Togocellulaire et de Togo Telecom). Le Colonel Gnama Latta a été également parachuté à TogoCom en tant que Président du Conseil d’Administration en remplacement de Taïrou Bagbiègue. Un autre doyen de la génération de M. Affoh Atcha-Dédji et Colonel Gnama Latta, M. Willibronde Pitalounani Télou, prend désormais les rênes de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC).

Rappelons que la nomination du militaire Latta à la tête du Conseil d’Administration de TogoCom a provoqué des remous parce qu’il occupe déjà depuis novembre dernier le poste de Directeur de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC) et administre également la Société Aéroportuaire de Lomé-Tokoin (SALT). Malick Natchaba, qu’il avait remplacé à la tête de la SALT, est devenu Président de la Jeunesse du Parti UNIR. Quel sort réserve-t-on aux jeunes togolais ayant des compétences dans divers domaines ?

Commentaire d'article

Umalis