Politique

Femmes togolaises, reprenez la flamme de l’épopée « Ablodé » pour sauver la république togolaise

De sa plume, Jacob Ata-Ayi, un membre influent de la diaspora togolaise, appelle toutes les femmes togolaises à continuer la lutte héroïque des « commerçantes et infatigables travailleuses » qui ont marqué l’histoire du Togo au début des années de l’indépendance.

Femmes héroïques, dignes amazones du temps moderne, notre pays traverse une période turbulente par le manque de respect de la signature de l’accord global politique du clan Gnassingbé Eyadéma.

Femmes togolaises, mères de tous les enfants du Togo, courageuses épouses des martyrs, veuves de la dictature du clan Eyadéma Gnassingbé et de son fils Faure Gnassingbé, héroïques commerçantes et infatigables travailleuses, ton histoire en Afrique est glorieuse et a traversée tout les temps et le monde, en association de nanas Benz, ou en dignes filles d’Afrique par le courage de ton travail.

Femmes Togolaises par ta posture, tu es en Afrique des agents de la modernité sociale.

Tu as effectué de profondes transformations économiques et sociales et accompagner un changement radical des valeurs.

Ces mutations sont des exemples en Afrique et dans le monde pour un nouvel ordre sentimental et de nouvelles formes familiales qui ne sont pas séparées des causes socio-économiques qui sont accompagnées de l’émergence de nouvelles valeurs, liées à l’autonomie de la femme.

Depuis cinquante années du règne des Gnassingbé, plus de 7 000 de tes enfants et de tes maris ont été tués dans les camps par les massacres de fréau Jardin, dans les camps tristement célèbres de Kazaboua Agombio, à la prison de Mango, de Mandouri, dans le camp de redressement d’otadi localisé dans les plateaux d’Akposso sous le père Eyadema, et sous le fils à ANR dans la capitale Lomé et au camp de la gendarmerie nationale.

Le samedi 20 Janvier 2018 le monde entier sera témoin de ton habillement de deuil, de tristesse éprouvée, le noir avec le drapeau du Togo dans la main, sur tes jolies hanches, enturbanné sur la tête, en petit fanion dans la main pour chanter ton amour à la mère patrie, à la paix, à la modernité et à la lumière pour s’éloigner de l’obscurantisme du clan Gnassingbé et prendre à témoin le monde entier de ta différence avec ce clan du temps des dinosaures.

Femmes Togolaises manifestent ta colère folle contre le fils Eyadema, un chef ubuesque, confiné par sa gestion mafieuse, cynique, cruelle, mesquine, vulgaire, et arbitraire, son incapacité à se défaire des gênes du papa Eyadema.

Tel père, tel fils, tout passe par la force, par la méchanceté, par la dramaturgie du politique et aucune légitimité politique, aucun amour du peuple,

Femmes togolaises réclament pour la justice des familles, pour la liberté individuelle et collective, tes droits à s’indigner pour mener la révolution et demander le départ du clan Gnassingbé de ce pouvoir démoniaque d’un autre temps.

Femmes togolaises, mères de tous les fils de la nation, par ta foi, ton courage et ta témérité, ton imagination, tes idéaux, tes visions, ton énergie, nous voici à l’aube du changement au Togo, soyez le levier de la renaissance, pour transformer l’ordre arbitraire en ordre juste, en ordre de paix en ordre de progrès socioéconomique.

Reprenez la flamme de l’épopée « Ablodé » pour sauver la république de la dérive monarchique, de la misère quotidienne, de l’exploitation frauduleuse des ressources minières du pays de la rafle de vos enfants assassinés comme des poulets sacrificiels pour des rituels macabres et lugubres.

Jeunesse Togolaise, soldat de l’espérance, soldat de la liberté, fils dynamique, accompagne tes mamans avec passion, avec raison, avec dignité avec audace pour que triomphe cette grande œuvre pour la révolution, alors plante ton drapeau tes fanions sur les remparts des barricades si un seul est troué par un fusil, un boulet, une balle, alors courrons tous pour mener une vengeance par tous les moyens cette profanation.

Commentaire d'article

Umalis