Société

Cinq OSC togolaises s’inquiètent de l’enlisement de la crise sociopolitique

Il s’agit de l’ACAT-Togo, l’ATDPDH, le GRAD, SADD et le SYNPHOT. Devant l’incompréhension persistante entre pouvoir et opposition ainsi que le dialogue politique qui tarde toujours à se concrétiser, ces organisations de la société civile tirent une fois encore la sonnette d’alarme.

« Depuis, pouvoir et opposition campent sur leurs positions, chacun de son côté, et jusque là, l’intransigeance des protagonistes semble prendre le dessus », ont-ils analysé dans un communiqué rendu public ce 17 Janvier 2018 et signé du coordonnateur, Yves Komla Dossou. Vu la situation de tensions sociopolitiques préoccupante « qui perdure et qui augure un embrasement du pays aux conséquences imprévisibles », elles « invitent les protagonistes de la crise à prendre de la hauteur et à œuvrer dans l’intérêt général du peuple togolais dans la trilogie du Voir-Juger-Agir pour une paix civile et sociale tant attendue ».

Faisant une rétrospective, elles ravivent le souvenir « du climat sociopolitique délétère qui a prévalu la veille de l’élection présidentielle de 2015 sur les questions des réformes constitutionnelles et institutionnelles ». A cet effet, ces OSC avaient déjà fait des propositions afin de parvenir aux réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’Accord Politique Global et reprises dans les recommandations de la CVJR, telles « la limitation du nombre de mandat présidentiel à deux, le scrutin présidentiel à (02) tours, la recomposition de la Cour constitutionnelle, le découpage électoral prévu par l’APG et repris dans les recommandations n°06 de la CVJR, qui doit s’appuyer sur les critères géographique et démographique tout en tenant compte de l’histoire du peuplement de notre pays et l’audit du fichier électoral pour garantir des élections équitables et transparentes ».

Pour finir, l’ACAT-Togo, l’ATDPDH, le GRAD, SADD et le SYNPHOT souhaitent que «  les acteurs politiques de tout bord entende l’appel suprême d’un peuple en détresse, meurtri par 27 ans de crise sociopolitique sans fin, et à aller instamment au dialogue dans les plus brefs délais ».

Commentaire d'article

Umalis