Uncategorized

Bras de fer entre les protagonistes : Les craintes du Mouvement « Togo Debout » à propos de la tenue du dialogue

A l’issue des rencontres de la délégation de la Coalition des 14 partis de l’opposition avec les président guinéen Alpha Condé et ghanéen Akufo-Addo, il a été annoncé que le dialogue politique pourrait avoir lieu entre le 23 et le 26 janvier 2018 au cas où le pouvoir en place donne sa confirmation. Cependant, le Mouvement Togo Debout reste dubitatif.

Devant l’intransigeance et la radicalité qu’affichent les deux parties, les responsables du Mouvement Togo Debout n’ont pas la certitude que ce dialogue politique entre pouvoir et opposition puisse se tenir dans le délai proposé par Alpha Condé, le président en exercice de l’Union Africaine.

« Il faut donner une chance au dialogue et œuvrer pour qu’il puisse se faire en présence d’un médiateur et qu’il implique les véritables protagonistes de la crise. Les problèmes sérieux et véritables de la nation seront mis sur la table, discutés de fond en comble en présence d’un médiateur ou d’un facilitateur », a proposé le Prof David Dosseh, Coordinateur de Togo Debout tout en espérant que l’accord qui en sera issu soit différent en tous points de ceux que les Togolais ont connu par le passé.

« Si nous ratons le dialogue, il y a d’autres options mais nous avons peur que l’option de la violence prenne le dessus. Certains vont se dire qu’ils ont essayé de façon pacifique et cela n’a pas marché, il faut trouver une autre option qui ne sera pas forcément pacifique. C’est ce que nous voulons éviter », a-t-il indiqué. Si ce dialogue échoue, le Togo connaîtra un lendemain sombre, prévient Prof David Dosseh

Commentaire d'article

Umalis