coopération

Togo / Faure Gnassingbé et Bolloré : Plus qu’une relation de collaborateurs

La chaîne Canal+, groupe de médias appartenant au français Vincent Bolloré fait objet de plusieurs accusations en France. On accuse le media français de faire la promotion du chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé pendant que le président togolais s’accorde à défendre les intérêts de l’investisseur  dans son pays.

Selon le site d’informations « Les Jours » , la chaîne cryptée a diffusé le 22 décembre 2017 un « publireportage » sur le Togo.

Cette diffusion se présenterait comme un droit de réponse au reportage controversé « lâche le trône » diffusé en octobre 2017.

En effet, en décembre 2017, deux responsables de Canal + ont été remerciés après la diffusion du reportage qui traitait de la mobilisation des opposants togolais au président Faure Gnassingbé. Apparemment, le reportage avait fortement déplu à la direction.

« Cette affaire de reportage publicitaire pour le Togo, diffusé dans le plus grand secret, fin décembre, nous, on n’est pas au courant en fait. Parce que, par définition, ça a été une diffusion secrète. J’essaie de retrouver ce reportage pour voir sa nature et je ne le retrouve pas. Donc, ça s’avère être un reportage clandestin. On ne sait pas où il est, mais clairement, ça semble répondre à ce qui s’est passé en octobre », estime Jean-Baptiste Rivoire, rédacteur en chef à Canal +, élu du personnel au comité d’entreprise et membre de la société des journalistes de la chaîne, cité par le site français.

« On demande déjà depuis plusieurs semaines pour quelles raisons le reportage critique sur le Togo, diffusé en octobre, a été bloqué et censuré par la suite. On n’a toujours pas de réponse. Et puis, évidemment, on a demandé s’il est exact qu’en parallèle on ait diffusé un publireportage sur le Togo sur les antennes de Canal. Le problème de fond dans cette affaire, c’est que Vincent Bolloré, l’actionnaire, en principe doit se conformer à la loi française. C’est-à-dire que les intérêts de l’actionnaire ne doivent pas venir entraver la liberté éditoriale des rédactions », poursuit le journaliste.

La rédaction « Les jours » écrit par ailleurs que la direction de Canal + n’a pas répondu à ses demandes d’interview.

En 2017, Vincent Bolloré, a réalisé au Togo, un chiffre d’affaires de plus de 5 milliards, selon le media.

Commentaire d'article

Umalis