Politique

Colonel Yark Damehane à propos des préalables de l’opposition avant le dialogue

Avant l’ouverture du dialogue inter-togolais devant conduire à une sortie de crise au Togo, la coalition de l’opposition a posé un certain nombre de préalables. Entre autres, la libération des personnes détenues dans le cadre des manifestations et dans l’affaire des incendies des marchés du Togo. En conférence de presse ce mercredi pour faire le point de la manifestation de l’opposition, le colonel Yark Damehane s’est prononcé sur le sujet. A en croire les propos du ministre, on dirait que le gouvernement ne compte pas céder.

Lors de son traditionnel bilan de la manifestation de l’opposition, le ministre Yark Damehane a laissé entendre, « je ne suis pas politicien, mais que les gens oublient ces histoires de préalables. Ils disent, si on ne fait pas ça, on ne va pas discuter. Le dialogue, c’est un rendez-vous de donner et de recevoir. Mais, quand on dit nous : c’est ça ou rien, alors là c’est grave. Ce n’est pas responsable. Ils disent, si on ne fait pas ça, nous, nous n’allons pas négocier. Bon, on va tous camper sur nos positions et on va voir si c’est une bonne chose ».

Et de poursuivre : « J’ai lu quelque part qu’on demande la libération des détenus dans l’affaire des incendies des deux marchés. J’ai peur pour certains. (…) Vous croyez qu’on peut détenir quelqu’un pendant 3 ans sans qu’il y ait des éléments de preuve ? Ils ont des avocats qui ont connaissance de leurs dossiers. Ce n’est pas la peine de sortir et tromper le peuple que ces détenus n’ont rien fait. Nous avons eu le même cas dans l’affaire Kpatcha. Les gens ont crié que c’est un règlement de compte. Mais au jugement, les gens étaient ébahis. Le jour où on va juger ceux qui sont détenus dans l’affaire des incendies des marchés, j’ai peur que certains prennent leur place toute suite après le jugement ».

Se basant sur les propos du ministre, on croirait qu’il annonçait les couleurs du refus des préalables de l’opposition par le gouvernement. L’avenir nous édifiera.

Commentaire d'article

Umalis