Société

Après le PASCRENA, le Pro-CEMA vient favoriser le dialogue entre l’État et la Société civile

Le Projet d’Appui à la Société Civile et à la Réconciliation Nationale (PASCRENA) dont le rôle était d’établir le dialogue entre la société civile et le gouvernement, est arrivé à terme depuis mars 2016. Le PASCRENA vient d’être remplacé par un autre projet. Il s’agit du « Programme de consolidation de l’État et du monde associatif » (Pro-CEMA).

Financé par l’Union Européenne (UE) à hauteur de 3,3 millions d’euros, le Pro-CEMA est un projet qui vient faciliter le dialogue entre l’État et la société civile à travers des outils bien élaborés. « Nous serons obligés de faire l’équilibrisme pour ne pas irriter mais favoriser les conditions du dialogue entre l’État et la société civile », a confié l’un des responsables du Pro-CEMA.

Pour ce faire, le programme va développer des outils méthodologiques nécessaires tout en évaluant ceux élaborés par l’ancien PASCRENA. Un volet sera consacré aux questions de genre. Il permettra aux femmes de participer à la vie politique du pays.

Le dernier volet sera consacré à la culture. Le « Programme de consolidation de l’État et du monde associatif » (Pro-CEMA) sera piloté par un bureau d’étude belge et exécuté sur une durée de 40mois.

 

Commentaire d'article

Umalis