Politique

Prof Komi Wolou: « C’est l’État qui s’est chargé d’acheter des billets pour la délégation de l’opposition, et non un individu »

La semaine dernière, une délégation de la coalition de l’opposition a rencontré à Paris, le président en exercice de l’Union Africaine (UA), Alpha Condé. C’était dans une démarche pour baliser la voie au prochain dialogue pouvoir-opposition. Selon des révélations faites par le journal français « La lettre du continent », le voyage des trois leaders (Fabre, Atchadam et Adjamagbo), a été « minutieusement préparée en amont », c’est-à-dire payé par Faure Gnassingbé lui-même.

Ces révélations ont été battues en brèche par le professeur Komi Wolou du Pacte socialiste pour le renouveau (PSR), membre de la coalition. Pour le secrétaire du PSR, les débats suscités autour du sujet sont « inutiles » et les tenants de telles polémiques sont ceux qui veulent diviser l’opposition et saboter la lutte pour les réformes. « Plusieurs ne veulent pas que nous restions unis parce que c’est de cette union que nous pouvons changer les choses », a-t-il souligné.

Le doyen de la faculté des droits de l’Université de Lomé fait savoir que les billets de voyage n’étaient pas au frais du régime ou d’un individu, mais plutôt de l’État. Prof Wolou affirme ne pas voir de problèmes dans la mesure où c’est l’État qui paye le voyage et surtout que ces pourparlers avec le président guinéen sont pour la résolution de la crise. « Cela ne suffit pas pour que l’opposition brade ses revendications, loin s’en faut ! », a-t-il précisé.

Par ailleurs, il a invité les togolais à la vigilance. « Des gens se saisissent de cette affaire et usent de manœuvres pour diviser l’opposition togolaise. Nous devons rester unis pour obtenir les réformes souhaitées », a-t-il indiqué. Selon lui, la coalition se réunira au plus tard ce 27 novembre.

Commentaire d'article

Umalis