Politique

Faure Gnassingbé attristé par la situation de Sokodé

En marge du lancement de la ferme agricole « moderne » de Lama-Tessi samedi dernier dans la préfecture de Tchaoudjo, le chef de l’État Faure Gnassingbé s’est rendu dans la ville de Sokodé. Une ville meurtrie, assiégée et qui souffre le martyr depuis le début de la crise. A Sokodé, le président s’est dit attristé par la situation et a laissé entendre que ce n’est pas le moment de chercher les responsables des violences.

A l’issue de ce déplacement à Sokodé, Faure Gnassingbé a regretté que la ville ait connu toutes ces horreurs, avant d’appeler la population de tout bord à œuvrer pour que Sokodé retrouve son calme d’antan. « Il est temps de s’opposer à la violence. J’exhorte les citoyens de toutes obédiences à contribuer au retour à la quiétude à Sokodé et dans notre pays tout entier », a-t-il sollicité.

Le chef de l’État est allé, après, constater les dégâts occasionnés durant les violentes manifestations. « Les dégâts des violences qu’a connues cette ville naguère paisible m’attristent profondément et ne sauraient laisser aucun citoyen indifférent », a-t-il déploré. Et de préciser qu’« il est temps pour que les choses se normalisent et que chacun doit y contribuer ».

Il faut préciser que Faure Gnassingbé a également échangé avec la population, bref toutes les couches de la communauté. « Ces échanges ont fini par me rassurer que le Togo est un pays qui reste indivisible. J’ai écouté les chefs traditionnels dont la présence responsable et les contributions ne m’ont pas échappé. J’ai reçu les femmes et les jeunes dont l’enthousiasme contagieux et les aspirations devraient nous mobiliser davantage à l’œuvre »,a-t-il dit.

Commentaire d'article

Umalis