Politique

Crise au Togo: les choses se précisent pour l’ouverture du dialogue tant attendu

C’est désormais une certitude. « Le dialogue politique inter-togolais pourrait s’ouvrir très rapidement avant le 10 décembre ». C’est ce qu’a indiqué le ministre ghanéen de la sécurité, Albert Kan-Dapaah, à la tête d’une délégation qui séjourne depuis hier dimanche à Lomé. Ce sont des émissaires du président ghanéen Nana Akufo-Addo qui vont travailler à partir de ce jour pour l’ouverture du dialogue.

Après les différentes consultations et autres tractations diplomatiques, les choses se précisent pour l’ouverture du dialogue. La délégation ghanéenne avec à sa tête Albert Kan-Dapaah, a pour feuille de route de  « mettre en place un comité technique composé à la fois des représentants de la coalition des 14 partis de l’opposition et des représentants du pouvoir de Lomé ».

Ce comité aura pour mission de « veiller à la satisfaction des préalables émis par les leaders de l’opposition » à savoir, la libération des détenus politiques dont les deux imams arrêtés, la levée des sièges sur les villes de Mango, Sokodé et Bafilo, la levée des poursuites judiciaires contre les acteurs politiques dans l’affaire des incendies des marchés du Togo.

Pendant ce temps, l’opposition togolaise amplifie ses manifestations de rues. Elle a encore annoncé trois jours de marches sur tout le territoire national et pour cette semaine. Il s’agit des 29 et 30 novembre et du samedi 02 décembre, pour les mêmes revendications.

Commentaire d'article

Umalis