Politique

Selon « Togo Debout », la société civile doit être associée au prochain dialogue

Le dialogue politique entre pouvoir et opposition s’annonce imminent. La société civile ne compte pas rester en marge. Elle a aussi son mot à dire. En conférence de presse hier à Lomé, le mouvement citoyen « Togo Debout », une organisation de la société civile, a exigé que la société civile togolaise soit représentée lors des discussions.

« La société civile doit être présente car elle est aussi actrice dans l’espace politique à toujours construire et à reconstruire », a indiqué le mouvement dans sa déclaration, tout en souhaitant que les discussions soient « franches » et « ouvertes ».

Pour les responsables du mouvement, le retour à la constitution de 1992 devait être inscrit dans les propositions de sortie de crise. « Togo Debout » estime que cette loi ouvrira une nouvelle ère pour le pays et contribuera au respect des droits de l’Homme et à la redistribution équitable des ressources du pays entre les tous les Togolais. « Le retour à la Constitution de 1992 n’est pas un retour contre quelqu’un. Ce n’est ni l’expression du mépris pour un parti  ni l’allégeance à un autre ; au contraire cela résulte de  la nécessité  d’un nouveau départ avec une loi fondamentale qui redonne confiance et remet le peuple au centre », a précisé le mouvement.

Et ce retour selon « Togo Debout », doit passer par « un accord politique qui proviendrait d’une bonne foi de tous les acteurs de la crise ». Autre proposition, ce front citoyen estime qu’une transition est nécessaire, afin de restructurer les institutions politiques. Aussi, plaide t-il pour que des actions soient menées en vue d’éradiquer la pauvreté et bannir l’injustice afin d’avoir une vraie paix dans la cité.

Les organisations membres du front social Togo Debout sont : APED, Flambeau Citoyen, FTBC, LCT, LTDH, NUBUEKE, Rameau de Jessé, STT, SYNPHOT, UST et Winiga.

Commentaire d'article

Umalis