Agro-Environnement

Produire « bio et qualité » pour une « souveraineté alimentaire » au Togo

Un atelier international sur la souveraineté alimentaire a réuni du 17 au 21 novembre à Lomé, Notsè et Bagbé, plusieurs acteurs agricoles (transformateurs et producteurs) venus de divers pays africains et européens. L’objectif est d’amener les producteurs et transformateurs à la base, à adopter une production « bio ». « Du champ à l’assiette : organiser la consommation des produits locaux », c’est le thème de la rencontre.

Il s’agit d’un atelier d’échanges et de partages d’expérience en matière de mode de production et de transformation agricole.

Selon les organisateurs, les cinq jours ont été l’occasion pour les différents participants « d’échanger leurs expériences en matière de mode de production agricole, de transformation agroalimentaire, de sensibilisation des consommateurs sur les produits locaux, de distribution et de commercialisation des produits locaux ».

Des stratégies d’éducation et de sensibilisation des consommateurs à opter pour une alimentation bio ont été élaborées. Ont pris part à la rencontre, des acteurs venus du Bénin, du Burkina Faso, du Burundi, du Cameroun, de la France, de la Guinée Bissau, du Mali, du Niger, de la République Démocratique du Congo, du Rwanda, du Sénégal, de la Suisse et du Togo.

L’atelier est une initiative de la Plateforme Souveraineté Alimentaire Nord-Sud avec l’appui financier de la Fédération Genevoise de Coopération (FGC), en partenariat avec l’Organisation pour l’Alimentation et le Développement Local (OADEL), la Coordination Togolaise des Organisations Paysannes et des producteurs agricoles (CTOP) et Entreprises, Territoire et Développement (ETD).

Commentaire d'article

Umalis