Politique

« Monsieur le président de la République, faites quelque chose », implorent les poètes et écrivains du Togo

Dans une lettre ouverte adressée au chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, l’association des auteurs poètes et écrivains du Togo rappelle que le locataire de Marina détient tous les pouvoirs afin de « permettre à l’espoir de renaître au Togo en quelques minutes » seulement. « Tout le monde a les yeux rivés sur vous », déclarent-ils au président de la République.

Ces hommes et femmes du Togo, amoureux de Belles Lettres et qui croient à la puissance des mots, recommandent « vivement » à Faure Gnassingbé de former un « gouvernement d’union nationale avec à sa tête un Premier ministre consensuel de l’opposition ». Vu la tournure que prend la crise sociopolitique dans notre pays, les littéraires togolais indiquent que le dialogue est incontournable aujourd’hui. Selon eux,  est populiste, ce leader de l’opposition qui refuse la voie du dialogue et ne demande que le départ immédiat du président de la République de son poste. Dans la situation actuelle, il faut être plutôt réaliste, conseillent-ils.

Par ailleurs, les poètes et écrivains du Togo dénoncent la « banalisation » de la crise et la « tentative d’abêtissement » du peuple face aux affaires de la République. Les contraintes auxquelles est confronté le Togo sont multiples. Sur le plan économique, écrivent-ils, la misère devient de plus en plus criarde, faute d’emplois. Pendant ce temps, « une poignée de Togolais éhontée et qui se croit tout permis, veut être heureux toute seule ». Sur le plan social, alors que les concours de recrutement dans la fonction publique se raréfient, « beaucoup de retraités ne sont pas remplacés ».

Les secteurs de l’éducation et de la santé sont paralysés. Et pour couronner le tout, la politique qui se veut la gestion des biens d’une communauté ou d’un pays, est devenue au Togo « un laboratoire où s’expérimentent toute sorte de vices et de crimes par les leaders, qu’ils soient de l’opposition ou du parti au pouvoir ».

« Aucun auteur ou écrivain au monde, aucun artiste ne peut être adepte de l’immobilisme, de l’inaction puisque possédant la raison et voulant le renouvellement des idées et des raisonnements », écrivent-ils pour justifier leur sortie médiatique.

Commentaire d'article

Umalis