Politique

Togo / Manifestations de l’opposition: De 5 à 3 puis finalement un seul jour, des signes de lassitude ?

Depuis l’organisation des manifestations synchronisées du 19 août 2017 à l’appel de Tikpi Atchadam, président du Parti National Panafricain (PNP), les populations ont pris goût aux marches de protestation et de revendication dans les rues. Trois (3) mois après, on dénombre des arrestations, des pertes humaines et matérielles, des blessés et d’autres dégâts, pour quels résultats ?

En effet, les manifestations de rue ne datent pas d’aujourd’hui. Elles sont aussi vieilles que l’opposition togolaise qui en a fait sa principale arme. Mais, l’arrivée de Tikpi Atchadam sur la scène politique togolaise a donné un nouvel élan à ces manifestations. Les manifestations synchronisées organisées par son parti politique au Togo et dans les pays de la diaspora ont eu un effet foudroyant sur le pouvoir en place qui semble avoir vu sa fin arriver. Les populations s’étaient également ragaillardies et ont mis tout leur entrain à battre les pavés.

Plusieurs semaines de drame s’en sont suivies et l’opposition reste toutefois campée sur sa position : retour à la Constitution originelle de 1992, le vote de la diaspora, les réformes politiques ou le départ pur et simple de l’actuel président de la République, Faure Gnassingbé. De l’autre côté, le pouvoir en place ne veut pas lâcher du lest et s’évertue à proposer des solutions à l’amiable que l’opposition ne veut pas accepter.

Bilan et perspectives

Trois mois de bars de fer, une vingtaine de mort, des centaines de blessés, des centaines de réfugies, d’énormes pertes matérielles… Cependant, le bout du tunnel ne s’entrevoit toujours pas. La fréquence des manifestations diminue ainsi que le nombre des manifestants. L’opposition semble s’accrocher à l’illusion. « Ce n’est pas parce que nous ne voyons rien qu’il ne se passe rien. Certains changements instantanés peuvent être le fruit d’une lente évolution qui ne nous est pas toujours perceptible », a rassure Antoine Folly, l’un des membres des forces démocratiques. Pendant ce temps, les activités socioéconomiques tournent au ralenti.

Ce mardi matin, Eric Dupuy, conseiller en communication de la coalition de l’opposition, annonçait sur les ondes de Victoire FM qu’il y aura un jour unique de manifestation cette semaine. Ce sera le samedi prochain. Signe d’essoufflement ?

Commentaire d'article

Umalis