Politique

Togo / « Si on retrouve les armes à Sokodé, ils peuvent marcher toute l’année », indique le ministre Yark Damehane

(Image togoportail.net)

Dans sa mission de maintien de la paix et de la sécurité sur toute l’étendue du territoire togolais, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Col Yark Damehane présente quotidiennement le bilan des manifestations. De la série de trois (3) jours de marches pacifiques de protestation, aucun incident majeur n’a été relevé.

« Ce qui est important, c’est le caractère pacifique de la marche. Et, si les gens qui veulent marcher continuent dans ce sens, notre pays sortira grandi », s’est réjoui le ministre de la Sécurité. Par conséquent, Col Yark Damehane a salué la discipline et le comportement citoyen dont les uns et des autres ont fait preuve tout en relevant quelques petits incidents qui, selon lui, ne sont que le fruit du difficile apprentissage de la démocratie. A force de pédagogie, ces situations pourraient être évitées à l’avenir. A cet effet, il invite les organisateurs et les manifestants à parler le langage de « sans incident ».

En ce qui concerne la supposée interdiction des marches dans la ville de Sokodé, le ministre Yark Damehame dit ne pas reconnaitre avoir interdit les marches dans cette localité, chef-lieu de la région centrale. Au contraire, il se serait plutôt désengagé de tout ce qui pourrait advenir si l’opposition organisait les manifestations dans cette ville alors que des armes disparues ne sont pas toujours retrouvées. La raison ayant prévalu, l’opposition s’est donc abstenue de l’organisation des manifestations dans cette zone. « Si on retrouve les armes, ils peuvent marcher toute l’année », a-t-il promis.

Commentaire d'article

Umalis