Société

Togo : Vers la mise en œuvre d’une politique de réinsertion des anciens détenus

Une rencontre de deux (2) jours en vue de la validation de l’étude sur « Le type de politique de réinsertion pour réduire la récidive et la surpopulation en milieu carcéral » a eu lieu à Lomé. Elle est organisée par le Comité d’Appui aux réformes Institutionnelles et Juridictionnelles (CARIJ) en collaboration avec le ministère de la Justice et des relations avec des institutions de la République.

Le but visé est d’identifier les causes de l’échec de la politique de réinsertion au Togo et d’élaborer des approches de solution en vue de la mise en place d’une politique de réinsertion efficace. Selon le Directeur de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion, Akibou Idrissou, l’absence de politique de réinsertion au Togo est la source de beaucoup de problèmes. « C’est ce qui encourage la récidive et c’est ce qui fait que nos prisons sont surpeuplés », a-t-il expliqué. D’après les normes, le processus visant la réinsertion d’un détenu commence le jour même où cette personne est incarcérée.

« Il est recommandé que lorsqu’une personne entre dans une prison, qu’elle puisse à partir de la prison commencer par apprendre un métier de sorte qu’à la sortie, elle ne soit pas désœuvrée au point de retourner à ce qui l’a amené à la prison », a souligné le Directeur de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion. « C’est pour cela que nous avons décidé de d’effectuer une étude dans les différentes prisons et auprès des juridictions pour voir élaborer des procédures en vue d’aboutir à une politique de réinsertion dans notre pays ».

Commentaire d'article

Umalis