Politique

Togo / Les points essentiels du Programme de réparation du HCRRUN

Lors de la cérémonie de lancement de la mise en œuvre du Programme de Réparations des victimes des crises sociopolitiques au Togo, Mme la Présidente du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) a prononcé un discours dans lequel sont dissimulées des réponses à certaines interrogations.

« Nous, Peuple Togolais, nous plaçant sous la protection de Dieu…», se lit la première phrase du préambule de la Constitution de notre pays. Par cette phrase démontrant la Foi des Togolaises et des Togolais en le Tout Puissant Créateur et par le Verset du Saint Coran qui dit : « Craignez Dieu et réconciliez ceux qui sont en contradiction et obéissez à Dieu si vous êtes croyants ». Sourate 8 “Al Anfal” (le Butin) V.1, je vous souhaite la bienvenue, au nom du HCRRUN, de ses Membres et de son personnel », ainsi a-t-elle commencé son allocution.

Selon Mme Awa Nana Daboya, le programme de réparation est subdivisé en trois phases : les victimes des évènements de 1958 à 1962 sont concernées par la première phase, celles des évènements de 1963 à 2004 passeront en deuxième lieu puis la troisième phase prendra en compte les victimes des évènements de 2005 (février et avril).

« Les réparations de ces victimes sont aussi bien individuelles que collectives, directes que indirectes, matérielles que d’ordre pécunier, scolaire, mais surtout de nature symbolique ; nous sommes en matière de justice transitionnelle, rappelons-le, où les réparations immatérielles comptent beaucoup, telles la restauration de la dignité des victimes, la reconnaissance de leur statut, la réhabilitation, la restitution des biens et libertés…etc autant de droits que de garanties de non répétition requises », a-t-elle souligné.

La présidente du HCRRUN a expliqué qu’« à l’issue de l’exécution de cette première tranche de fonds de 2 milliards, seuls 2475 victimes dont les préjudices s’élèvent à moins de un million auront été servies plus 126 cas urgents jugés vulnérables seront pris en charge. Le classement des victimes par région, par préfecture, par parti politique, par religion et par sexe sera publié. Alors que les évènements de 2005 totalisent à eux seuls 7075 victimes et que le nombre de victimes recensées dans le programme de réparation est de 22415 ». Enfin, elle a terminé son discours en invitant toutes les composantes de la population togolaise à s’approprier cette mission du HCRRUN.

Commentaire d'article

Umalis