Agro-Environnement

Cartographie de fertilité des sols au Togo pour mieux maîtriser la production agricole

Fruit d’une coopération entre Lomé et Casablanca, l’élaboration de la cartographie de fertilité des sols vient confirmer la volonté de l’Etat de donner un nouvel élan au secteur agricole au Togo. En effet, ce travail s’exécutera par le groupe OCP (anciennement Office chérifien des phosphates) du Maroc avec l’appui du ministère en charge de l’Agriculture.

Secteur clé de développement, l’agriculture au Togo a bénéficié de nombreux projets dont le Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA) qui est subdivisé en deux phases.  La première a permis d’enregistrer « des excédents alimentaires variant entre 13 et 21% depuis 2010 ». La seconde phase, qui est en train d’être étudié, prendra en compte non seulement le secteur agricole et la sécurité alimentaire mais aussi le volet nutritionnel et industriel.

Comme l’indique Dr Djagni Kokou, Agro-économiste, représentant le ministre en charge de l’Agriculture, à l’heure des technologies, le tout n’est plus de produire mais de maitriser cette production et mettre en œuvre le processus de transformation sur place. C’est justement à ce point que « détecter au plus vite les sols fertiles des moins fertiles représenterait un atout considérable ». Cette cartographie de fertilité aidera les producteurs à savoir le niveau de fertilité en vue de l’intensification du développement agricole.

Commentaire d'article

Umalis