Société

Assainissement et eau potable au Togo : Des efforts restent à faire selon la LCT

Dans le monde entier, la journée du 22 mars est placée sous le signe de l’eau, cet élément vital et pourtant si rare dans certains coins de la planète. La Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) a saisi cette occasion pour faire un bilan général de l’utilisation de l’eau au Togo et en même inviter le gouvernement à mettre « en place l’équipement de structures destinées aux contrôle de la qualité de l’eau servit dans le pays ».

Le thème général retenu à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau instituée par l’Organisation des Nations Unies après le sommet de Rio en 1992 est « Pourquoi gaspiller de l’eau ? » ; Ceci, pour en relief la problématique des eaux usées et les différents moyens de les réduire et les réutiliser. A ce jour, moins de 80% des eaux usées provenant des lieux d’habitation, des villes, de l’industrie et de l’agriculture sont rejetées dans la nature, polluant l’environnement et appauvrissant les sols.

Selon la déclaration de la Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) relative à la Journée Mondiale de l’eau, la mauvaise gestion de la TDE, les coupures intempestives d’eau et les rationnements interminables de l’électricité sont entre autres le lot des consommateurs togolais. L’eau, étant l’un des éléments vitaux, son absence ou sa rareté aggrave les conditions de vie des populations et jetant dans la détresse des milliers d’acteurs économiques et autres consommateurs qui vivent au jour le jour et qui dépendent de la disponibilité de l’eau et de l’électricité pour mener à bien leurs activités, sans oublier l’impact sur leurs conditions d’hygiène, sur l’éducation et la production économique.

A cet effet, la LCT interpelle les plus hautes autorités du pays de l’urgence à résoudre cette situation qui n’a que trop duré et de mettre des mesures drastiques contres la commercialisation de l’eau « pure water » de qualité douteuse.

Commentaire d'article

Umalis