Politique

Togo : Referendum, la clé pour aboutir aux réformes politiques ?

L’organisation des réformes constitutionnelles et institutionnelles est l’une des recommandations issues de l’Accord Politique Global (APG) de 2006. Cela fait 11 ans que ce document a été conjointement signé par les forces politiques du pays. Mais depuis, les mesures pour l’avènement de ces réformes ne semblent pas aboutir. A cet effet, des citoyens togolais viennent de créer un Front pour le référendum au Togo, convaincus que la solution se trouve là.

La question des réformes constitutionnelles et institutionnelles au Togo est devenue un vrai casse-tête. Tel un jeu de ping-pong, chacun accuse l’autre d’être un obstacle pour la réalisation des réformes. Combien d’ateliers, de cadres de dialogue n’a-t-on pas organisé en prévision de l’organisation de ces réformes ? Combien de rencontres n’ont eu lieu ? Et la commission qui a été crée depuis 2015, à quels résultats concrets a-t-elle abouti ?

Tout semble tourner au ralenti et depuis l’APG, les uns et les autres ne font que du surplace. Assez donc ! Les citoyens togolais réclament la parole, ils veulent avoir voix au chapitre. En effet, ils s’invitent dans le débat pour les réformes en créant un Front pour le Référendum au Togo. Ce fut l’initiative de David Ourna Gnanta, homme politique et membre de l’Union pour la République (UNIR).

« Notre pays, pour sa stabilité, doit se doter d’une nouvelle constitution, qui tienne compte de nos réalités socioculturelles et de notre expérience démocratique. Cette constitution doit contenir des dispositions novatrices qui vont au-delà de l’APG », a-t-il expliqué. D’ailleurs, une plateforme Whatsapp est mise en place pour rassembler les partisans d’un référendum constitutionnel au Togo.

Commentaire d'article

Umalis