Education

Éducation au Togo : Encore des promesses du gouvernement : La CSET veut du concret !

Pour atténuer les mouvements d’humeur et trouver des approches de solution aux revendications des enseignants, le gouvernement togolais vient de prendre certaines mesures qui ont été communiquées aux syndicalistes ce vendredi par le Premier ministre, Komi Sélom Klassou. Toutefois, la Coordination des syndicats de l’enseignement au Togo (CSET) ne semble pas satisfaite.

En effet, le gouvernement s’est dit favorable à l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants. Ainsi donc, un doublement de la prime d’incitation à la profession enseignante sera inclus dans le statut particulier des enseignants qui sera incessamment adopté. Il y aura également « l’instauration d’une prime unique qui regroupera la prime d’incitation à la profession enseignante et les autres primes ».

En outre, un programme de recrutement intensif et annuel des enseignants et personnel d’encadrement sera mis en œuvre dans les prochaines années. Le Premier ministre a assuré les enseignants de la construction d’une Ecole normale des instituteurs (ENI) dans la région des Savanes et de la création de zones pédagogiques de proximité, du renforcement des infrastructures mobilières et immobilières des établissements d’enseignement public du Togo, du développement des centres de formation préparant à la profession enseignante dans les universités de Kara et de Lomé.

Dans le but de parer aux conséquences des grèves sur le programme scolaire du Togo, le chef du gouvernement a informé l’opinion de la décision des autorités togolaises de réajuster l’année scolaire. Cependant, la Coordination des Syndicats de l’Enseignement au Togo (CSET) entend consulter sa « base » avant d’exprimer son opinion par rapport aux décisions prises par le gouvernement. Selon les indiscrétions, elle pourrait même exiger un engagement écrit et signé de la part du gouvernement.

Commentaire d'article

Umalis